La mort du roi Tsongor

par

Sango Kerim

Sango Kerim, quand il se présente devant Tsongor, est grand, « habillé de tissus précieux mais aux couleurs sombres. Il portait plus d’amulettes que de bijoux. Pas de bagues ni de collier mais plusieurs petits coffrets d’acajou qui pendaient à son cou et contenaient des porte-bonheur. » Il est voilé, comme un nomade du désert. Il a été élevé à la cour du roi Tsongor, qui l’aime comme un fils.

Durant leur enfance, Samilia et lui ont échangé une promesse de mariage, et Sango Kerim revient à Massaba pour que cette promesse soit respectée. Il s’adresse alors à Samilia : « Si tes frères ne te mènent pas jusqu’à moi, ce sera la guerre sur Massaba. » Le roi Tsongor meurt sans apporter de réponse à la question, ce sera donc la guerre.

Sango Kerim voue une haine profonde à Kouame, qui lui a pris sa fiancée. Cette guerre n’apporte pas le bonheur ni la quiétude à Sango Kerim car « chaque victoire, même, aurait un goût profond de blessure car elle serait obtenue sur une ville et sur des hommes qu’il aimait. » Pourtant il poursuit cette guerre des années durant, détruit cette ville qu’il aime, tue ses amis, et meurt au cours de l’ultime bataille, décapité par Barnak, compagnon d’armes de Kouame.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Sango Kerim >