Le dernier jour d'un condamné

par

Le gendarme

En d’autres circonstances, on qualifierait lepersonnage de comique. C’est un « homme à front déprimé, des yeux de bœuf,une figure inepte » qui vient surveiller le condamné dans sa cellule à laConciergerie, quelques heures avant l’exécution. Il s’adresse au narrateurrespectueusement, en l’appelant « criminel » comme il l’appelleraitMonsieur. Il sollicite une faveur : « Il paraît, pardon, criminel,que vous passez aujourd’hui. Il est certain que les morts qu’on fait pérircomme ça voient la loterie d’avance. Promettez-moi de venir demain soir […]me donner trois numéros, trois bons. Hein ? » Cet individu allie uneformidable imbécillité à un total manque de tact. Le condamné lui propose unmarché : « je peux te rendre plus riche que le roi […]. Au lieu detrois numéros, je t’en promets quatre. Change d’habits avec moi ». Legendarme commence à ôter sa veste, mais réalise soudain que si le condamnés’évade, il ne mourra pas, et alors « et mes numéros ! Pour qu’ilssoient bons, il faut que vous soyez mort ». 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Le gendarme >