Le Mariage de Figaro

par

Une comédie ambigüe

Le Mariage de Figaro est une comédie ambiguë parce qu’elle mêle des éléments de la comédie gaie et du drame. On retrouve premièrement de nombreux éléments comiques, tels que :

  • Le comique de mots : on peut trouver un grand nombre de jeux de mots comme par exemple pendant le procès (acte III, scène 15) où la répétition excessive de « ET » et « OU » rend le procès et la scène ridicule.
  • Le comique de situation : une des scènes les adaptées est celle où Suzanne discute avec Chérubin (Acte 1, scène 8) dans sa chambre quand tout à coup le Comte entre. Chérubin se cache derrière le fauteuil. Puis, l’arrivée elle aussi inattendue de Basile amène le Comte à se cacher derrière le fauteuil pendant que, au même moment, Chérubin se réfugie sur le fauteuil. Alors, le Comte ignore la présence de Chérubin et Basile ignore la présence des deux autres personnages cachés.
  • Le comique de caractère : il apparaît quand on observe un écart entre le personnage, son rôle et la situation. Par exemple, Brid’oison est ridicule en tant que juge puisqu’il est incompétent. Prenons un autre exemple, Figaro qui se contredit à cause de sa jalousie. A l’acte IV, scène 12 il dit à sa mère qu’il pardonnera Suzanne de le tromper si cela devait arriver. Or, dès le début de l’acte suivant il se désole que cela lui arrive, sa jalousie l’emporte.
  • le comique de geste : les révérences entre Suzanne et Marceline à la scène 4 de l’acte I sous-entendent fortement que les dames ne s’apprécient pas ou encore lorsque Figaro reçoit le soufflet que le Comte...
Inscrivez-vous pour continuer à lire Une comédie ambigüe >

Dissertation à propos de Le Mariage de Figaro