Le Montespan

par

Marie-Christine de Pardaillan de Gondrin

Premier enfant de Françoise et Louis-Henri, Marie-Christine est choyée par sa mère qu'elle adore. C'est donc un déchirement quand celle-ci quitte le foyer pour la cour, en laissant la fillette derrière elle, alors que son petit frère part avec leur maman. La malheureuse enfant vit donc dans le triste castel familial, loin de tout, avec comme seule amie la fille de cuisine, au demeurant une fort gentille personne. Elle s'étiole, loin de l'amour maternel : « Quant à Marie-Christine, elle a les joues cousues, le bout du nez gros. Elle se fane, une fleur privée d'eau. » C'est sa grand-mère paternelle qui pourvoit à son éducation en lui permettant de partir pour une institution religieuse, où elle meurt adolescente, au grand désespoir de Louis-Henri et, semble-t-il, dans l'indifférence de sa mère. C'est un personnage attachant, touchant, au destin tragique. C'est également un personnage historique, qui mourut à l'âge de douze ans.

Inscrivez-vous pour continuer à lire Marie-Christine de Pardaillan de Gondrin >

Dissertation à propos de Le Montespan