Les Complaintes

par

L’évasion

Laforgue incarne parfaitement l’image du poète maudit hanté par la platitude de l’existence et qui s’isole de la société pour rechercher des sensations et des expressions nouvelles dans un univers qui lui est propre : « Seul, pur, songeur, / Me croyant hypertrophique ! comme un plongeur / Aux mouvants bosquets des savanes sous-marines, / J’avais roulé par les livres, bon misogyne. / Paris qui, du plus bon bébé de la Nature, /Instaure un lexicon mal cousu de ratures. / Bon Breton né sous les Tropiques, chaque soir / J’allais le long d’un quai bien nommé mon rêvoir, / Et buvant les étoiles à même : “ô Mystère !” / Quel calme chez les astres ! ce train-train sur terre ! » (« Préludes autobiographiques »).

 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur L’évasion >