Les Fleurs bleues

par

Résumé

Les récits d’Auge et de Cidrolin sont sans cesse entremêlés dans lanarration : quand l’un s’endort, le récit de l’autre commence. Pour un résuméplus compréhensible, nous traiterons les deux histoires séparément jusqu’à ceque les personnages se rejoignent.

 

            Auge

 

            Nous sommes auXIIIe siècle. Auge contemple, dégoûté, la « situationhistorique » de son temps et décide de partir loin de tout cela. Soncheval, Sthène, lui propose d’aller voir où en sont les travaux de la cathédralede Notre-Dame. Une fois à Paris et les travaux visités, ils vont rendre unevisite à Saint Louis (Louis IX) qui propose à Auge de partir en croisade. Cedernier refuse catégoriquement, tenant à sa vie tranquille loin du monde. Lepeuple lynche alors ce pauvre duc et son cheval, leur lançant nombre d’injures.Une fois à la taverne, un deuxième incident les chasse finalement de Paris : lepalefrenier des lieux ayant entendu son cheval parler, Auge est pourchassé parles clients qui l’accusent de sorcellerie. Il s’enfuit donc, non sans occirequelques roturiers et archers.

Auge se réveille dans son château où il varejoindre Onésiphore Biroton, son abbé, pour lui poser trois questions : surles rêves, sur le langage des animaux, et enfin sur l’Histoire. Auge veut eneffet savoir si ses rêves sont blasphématoires, car il rêve de choses quin’existent pas (Cidrolin, les « houatures », la péniche…) et sedemande ce que cela peut bien vouloir dire. Biroton répond que ce ne sont nides rêves envoyés par Dieu, ni des rêves envoyés par le diable, mais il ne vapas plus loin.

Un jour à son réveil Auge découvre des arméesde « céhèresses » (CRS) qui entourent le château. Ils viennent pourle punir d’avoir décimé une partie des habitants de Paris et lui laissent unchoix : soit il paye une amende exorbitante et fait dire des messes pourtous les morts, soit il part en croisade avec le roi. Auge refuse les deuxalternatives, manifestant un goût certain pour la liberté et l’irrévérence.

            Au cours d’unrepas gargantuesque dans ses cuisines, Auge débat avec le cuisinier du faitdivers qui implique son ami Gilles de Rais : ce dernier est accusé d’avoirdévoré des petits enfants et Auge prend sa défense. Il décide alors de partir ànouveau pour Paris avec son serviteur Mouscaillot pour plaider en faveur de sonancien ami. Pendant qu’il fait bombance dans une taverne, on lui parle d’uncomplot contre le roi Louis XI, auquel il prend part pour délivrer Gilles deRais. On comprend alors que le personnage vient de passer du XIIIesiècle au XVe, sans véritable transition.

Revenu dans son château, Auge teste ses canonssur l’abbé Biroton qui revient de voyage : il doit en effet se préparer auxattaques du roi, suite à l’échec du complot. Toutefois, il est dérangé dans sesoccupations par ses filles qui veulent se marier et ordonne au même momentleurs unions. Une ellipse temporelle nous le présente alors au milieu d’unbois, devant un mammouth. Son page Mouscaillot s’enfuit d’un côté, lui del’autre, se perdant dans les profondeurs des arbres. Le duc arrive alors dansune petite cabane, où il est accueilli par la fille d’un bucheron, Russule, qu’ilépousera par la suite.

            Le duc et sesgendres se dirigent un jour vers Paris pour participer aux États généraux, cedétail indiquant qu’Auge et ses compagnons se trouvent désormais en plein XVIIesiècle. En chemin, un orage les disperse et le duc se retrouve à nouveaudevant une maison au milieu des bois. Là, il rencontre Timoleo Timolei, unalchimiste, dont il détruit l’ultime expérience. Pour réparer le gâchis, il luipropose de venir dans son château où il aura tous les instruments nécessaires àla réussite de ses projets. En revenant chez lui, il annonce fièrement à safemme sa dernière trouvaille, mais Russule, elle, ne veut pas de cet alchimistepuisqu’elle a trouvé un astrologue, pour « faire comme la Reine ».Les deux époux se chamaillent, puis demandent à Biroton de les départager. Cedernier voit dans les travaux de Timoleo Timolei un fumet d’hérésie et pencheen faveur de Russule et de son astrologue. Pour triompher, Auge violente cethomme qui finalement part, cédant la place à l’alchimiste.

            Un saut dans letemps les fait arriver quelque temps avant 1789. Sthène effraie le nouveau pagedu duc en prophétisant sur la révolution à venir. Personne ne croit le page quandil raconte que le cheval d’Auge parle et qui plus est, prophétise. L’incidentest clos, mais un débat s’enflamme avec l’abbé, sur l’existence de « pré-adamites »(des hommes ayant vécu avant Adam). Auge clame son hérésie en arguant leur existenceet finit le débat dans la violence : alors qu’il bat sa femme, le duc d’Empoigne– qui apparaît comme étant l’amant de Russule – prend sa défense et tombe mort,transpercé par l’épée du duc. Sur ce, Auge décide d’aller chercher des preuvesde ce qu’il avance. Alors que la Révolution est sur le point d’éclater et queles États généraux se tiennent, le duc fouille dans la profonde campagne pourtrouver des traces de ces pré-adamites. Il emmène l’abbé dans des grottes où ilaurait trouvé – selon lui, mais on apprend plus tard qu’il les a tracéeslui-même – des peintures rupestres. Quand il émerge à nouveau on apprend à Augeles événements de la Révolution et il décide d’émigrer avec sa femme et sasuite.

 

Cidrolin

 

            Cidrolin fait unesieste entrecoupée d’abord d’un repas, puis de la visite de deux Iroquois quiveulent savoir où est le terrain de « campigne ». Puis un passantl’interrompt, qui commence à lui raconter sa vie. Cidrolin le congédiefinalement pour reprendre un petit repas et reprendre son somme. Sur ce, uneseconde Canadienne le réveille pour qu’il lui indique le terrain de camping,puis, à peine rendormi, un autre passant le perturbe. Il profite de ce courtmoment de veille pour contempler le monde devant lui – comme Auge contemplaitla « situation historique » – et pour aller repeindre sa barrière,qu’un inconnu vient de couvrir de graffitis injurieux.

Le récit focalisé sur Cidrolin s’éloigne un peude lui pour raconter l’histoire d’amour de Lamélie, sa fille, avec l’« ératépiste »,lesquels veulent se marier. Quand elle rentre à la maison, elle parle à sonpère de cet homme et de leurs projets. Les autres sœurs viennent rendre visiteà Cidrolin et entament une conversation sur la « tévé » et sonutilité pour la connaissance de l’Histoire. Lamélie annonce son mariage futuret l’ératépiste arrive à la péniche pour demander l’autorisation à son père.Une scène comique s’ensuit ; Lamélie ne le reconnaît d’abord pas, puis se rangefinalement à ses côtés pour convaincre son père. Cidrolin finit par la laisserpartir et se déplace alors, pour la première fois du récit.

Cidrolin se rend dans un bistrot attendre unvieil ami, Albert, pour lui demander de lui trouver une bonne. Leur dialoguenous indique que cela fait longtemps qu’ils ne se sont pas vus et que Cidrolina passé dix-huit mois en prison. Il cherche ensuite un endroit pour déjeuner,se fait rejeter d’un restaurant appétissant car il n’a pas réservé et voit sesfilles ainsi que ses gendres y célébrer le mariage sans l’avoir invité. Ilretourne à la péniche où il se sustente d’un repas frugal et s’attelle à lapeinture de sa barrière, que l’on a à nouveau couverte de graffitis insultants.Il appelle ensuite le restaurant qu’il a remarqué et réserve une table pour lesoir même : il y fait alors un repas orgiaque. Malade le soir même, il ne peutpas dormir et repeint à nouveau sa barrière. Pendant cette occupation, lanouvelle fille que lui envoie Albert arrive : Lalix. Elle prend ses fonctionset leur conversation commence à tourner autour des rêves et de la psychanalyse.La discussion s’oriente ensuite vers le passé de Lalix, qui se destinait aumusic-hall avant de rencontrer Albert. Lalix convainc Cidrolin d’aller faire leguet, la nuit, pour surprendre le « graffitomane ». Cidrolin suit sesconseils et ne fait qu’attraper un très mauvais rhume lors de sa veille. Nepouvant dormir, il rend visite au gardien du camping et lui raconte sa vieonirique, ses voyages temporels lors de ce « rêve continu » qu’ilreprend à chaque somme.

 

            C’est alors que leduc d’Auge décide d’émigrer et que Cidrolin sort de sa maladie que leurs deuxtemporalités se rencontrent : Auge arrive dans le présent de son double, pourlui demander le chemin du camping. Rejetés de là puisque les chevaux sontinterdits en ces lieux, Auge et sa suite prennent leurs quartiers chezCidrolin. Chacun ont une vague impression de déjà-vu en se rencontrant. Lesnouveaux arrivants vont alors visiter Paris, qu’ils trouvent bien changé depuisleur dernier passage. Pendant un repas, Auge demande à Cidrolin ce quesignifient ces graffitis et propose de rosser le coupable. Cidrolin le tempère,mais le laisse aller faire le guet une nuit. Le graffitomane est alors –pense-t-on – attrapé, mais le personnage s’avère être un justicier qui venaitaussi pour essayer de capturer ce « graffitomane » qui accablaitCidrolin. Le mystère reste entier. Un soir, Auge réussit à surprendre le vraicoupable. Il n’est autre que Cidrolin lui-même. Quand Lalix apprend cela, elledécide de partir, mais Auge et ses compagnons la convainquent, autour d’un bonrepas, de revenir chez lui puisqu’ils s’aiment. Les deux amoureux se retrouventainsi réunis, lorsque Auge décide de larguer les amarres. La péniche commence lentementà partir. Cidrolin et Lalix montent dans une barque pour rester dans leur mondeet regardent le curieux groupe s’éloigner au fil de l’eau. Le roman finit surun déluge, dont les eaux déposent Auge et sa suite sur un donjon. Le duc sortalors et contemple le monde, détrempé, une fois la tempête terminée, et voit fleuririci et là de petites fleurs bleues.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Résumé >