Les fleurs du mal

par

Élévation

Ce poème, composé de cinq quatrains d'alexandrins est placé au début du recueil et expose la notion d'idéal tel que la voit le poète.

L'idéal est ici envisagé comme une élévation, une ascension vers un monde supérieur pour échapper à la réalité. Cette élévation se double d'une purification, réalisée par la lumière et les éléments de l'eau, l'air et le feu.

La réalité, opposée ici à l'idéal, est incarnée par l'élément de la terre. Si l'air peut purifier, la terre, elle, est impure et répugnante. La réalité ne provoque que douleur et ennui au poète : s'il aspire à une libération, elle lui paraît impossible.

Inscrivez-vous pour continuer à lire Élévation >

Dissertation à propos de Les fleurs du mal