Les fleurs du mal

par

Structure du recueil

Les Fleurs du mal est organisé en six sections majeures, précédées par un poème préliminaire appelé « Au Lecteur ». Ce prologue de Baudelaire décrit la solidarité des hommes face à leur déchéance, leur état de victimes et de damnés. Ils se considèrent comme frères devant la misère, ils partagent leur ennui, leur mal. Le recueil peut ainsi être appréhendé comme un voyage à plusieurs étapes.

Les Fleurs du mal est donc subdivisé selon les sections suivantes:

Ø Spleen et Idéal (85 poèmes);

Ø Tableaux parisiens (30 poèmes);

Ø Le Vin (5 poèmes);

Ø Fleurs du mal (9 poèmes);

Ø Révolte (3 poèmes);

Ø La Mort (6 poèmes).

Dans Spleen et Idéal, Baudelaire exprime son tiraillement entre la poursuite de son Idéal ou le sombrement dans l’ennui (représenté ici par le Spleen). En effet, « Spleen » est la traduction en anglais du mot « rate ». A l’époque d’Hippocrate (père de la médecine occidentale) l’on pensait que le sentiment de mélancolie découlait d’un problème physiologique, plus précisément de la bile (de couleur noire) secrétée par la rate. Ainsi, la bile serait la cause du chagrin de l’homme. C’est ainsi que Baudelaire traduit son ennui et son dégoût pour la vie par l’usage du mot « Spleen », à cause de toutes les connotations négatives que ce mot porte. Cette section montre également le combat éternel de l’homme entre bonheur et malheur, succès et échec, prospérité et misère. Condamné à vivre entre ces deux forces, le choix de l’homme est toujours difficile. C’est ainsi que Baudelaire cite : « Il y a dans tout homme, à toute heure, deux postulations simultanées, l’une vers Dieu l’autre vers Satan ».

Dans « Tableaux Parisiens », Baudelaire illustre Paris comme l’immense métropole dans laquelle tous les rêves se réalisent.

Dans la section « Le Vin », Baudelaire présente cette boisson alcoolique comme la première solution à tous les problèmes. Le vin fournit un paradis temporaire, une tentation de perdition dans un monde meilleur. Le vin soulage les âmes blessées, désespérées et meurtries.

Les « Fleurs du mal » quant à elles représentent le second paradis – juste après le vin – tout ce qui fait du bien. Cette section représente aussi la luxure, les richesses, le péché, et même les amours interdites (entre femmes, lesbianisme).

Révolte : dans cette section, Baudelaire met en relief un monde où tous les plaisirs charnels sont satisfaits. Après l’assouvissement du corps, l’homme recherche alors la satisfaction de l’esprit. Mais dans cette quête, l’homme rejettera Dieu (qui s’oppose aux plaisirs charnels) et célébrera Satan (qui a répondu à la satisfaction de leurs désirs).

La mort : dans cette partie Baudelaire fait apparaître la mort comme le dernier espoir de l’homme. Elle le sauve de toutes les souffrances terrestres, et devient ainsi une source de soulagement. C’est la mort qui console, et non la vie. Le dernier poème de cette section (Le Voyage) décrit la mort comme un moyen de soulager ce feu qui consume le cerveau.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Structure du recueil >