Les fleurs du mal

par

Le poison

Dans ce poème, Baudelaire s'efforce de s'affranchir du spleen par le recours aux paradis artificiels. Cette tentative est bien vaine et la mort apparaît donc comme la seule solution.

Le vin est le premier essai du poète : malgré des effets positifs, liés à la beauté et au rêve, l'ivresse possède un arrière plan morbide.

Le poète se tourne alors vers l'opium, qui paraît étendre le champ de l'espace en longueur et en volume. La volupté y règne sans limites, mais la chute est brutale et le retour du spleen est violent.

Le troisième paradis artificiel est celui des femmes, de l'érotisme et des plaisirs sensuels. Mais ces plaisirs n'amènent que des remords et l'âme ne peut que dériver pour arriver aux portes de la mort.

Le poète montre ici que les paradis artificiels, quelque soit l'apaisement momentané qu'ils peuvent procurer, n'ont en définitive qu'un seul effet, la mort de l'âme.

Inscrivez-vous pour continuer à lire Le poison >

Dissertation à propos de Les fleurs du mal