Les Justes

par

Acte IV

On retrouve Kaliayev en prison, qui discute avec un compagnon de prison Foka, un autre prisonnier. Foka lui explique qu'il a conclu un accord avec la direction de la prison : s'il veut raccourcir sa peine de prison, il pend des condamnés (le calcul est : 1 pendaison = 1 an de remise de peine).

Arrive ensuite Skouratov, qui est le directeur du département d'investigations de la police qui a arrêté Kaliayev. Il va parler de l'attentat de ce dernier. Va ensuite entrer dans la cellule, et c'est plus surprenant la veuve du duc qu'il a tué, la grande-duchesse Élisabeth qui va montrer à Kaliayev les dégâts humains de son acte, qui sont la perte d'un mari et le veuvage. Elle demande à Kaliayev de confesser qu'il a bel et bien abattu un homme de sang froid et qu'il regrette son acte. Kaliayev refuse car il estime que cet attentat n'était qu'un acte de justice, '' Nous ne sommes pas de ce monde, nous sommes des justes ''.

Le directeur de la police Skouratov propose ensuite un marché à Kaliayev : il aura la vie sauve s'il trahit ses compagnons du groupe terroriste. S'il refuse, le directeur lui dit qu'il écrira dans la presse une colonne dans laquelle il évoquerait ses repentirs, bien qu'ils n'existent pas, ce qui décrédibiliserait le groupe, qui serait trahi par Kaliayev du moins en façade. Kaliayev refuse le marché et décide de mourir sans trahir son groupe, quoiqu'il soit dit ensuite.

Inscrivez-vous pour continuer à lire Acte IV >

Dissertation à propos de Les Justes