Méditations Métaphysiques

par

Le doute hyperbolique

Dans cet ouvrage philosophique, Descartes introduit une nouvelle façon de penser. Il y inaugure une révolution philosophique qui se détache du mode de pensée de l’époque. Cette révolution fonde sa méthodologie sur le questionnement. Il propose la remise en question de toutes les connaissances acquises jusque-là. En effet, dans la première méditation intitulée « Des choses que l’on peut révoquer en doute », il est à la quête d’une chose constante, permanente. Il souligne à cet effet : « Il y a déjà quelque temps que je me suis aperçu que, dès mes premières années, j’avais reçu quantité de fausses opinions pour véritables, et que ce que j’ai depuis fondé sur des principes si mal assurés, ne pouvait être que fort douteux et incertain ; de façon qu’il me fallait entreprendre sérieusement une fois en ma vie de me défaire de toutes les opinions que j’avais reçues jusques alors en ma créance, et commencer tout de nouveau dès les fondements, si je voulais établir quelque chose de ferme et de constant dans les sciences. » (p.17). Cette assertion nous amène à constater que Descartes donne des bases à une science non pas axée sur la philosophie mais sur la raison. En d’autres termes, il veut aborder le premier savoir. Il se rend compte que la majorité des connaissances qu’il croyait posséder jusque-là ne repose pas sur des fondements rationnels. Il qualifie ce savoir de douteux, d’incertain. Donc, il se débarrasse de cette obscurité qui l’empêche d’acquérir le savoir, la métaphysique qui selon son arbre du savoir, constitue les racines. Une part considérable de nos connaissances est le résultat de perceptions, donc des sens qui se...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Le doute hyperbolique >

Dissertation à propos de Méditations Métaphysiques