Méditations Métaphysiques

par

Méditation Cinquième : De l’essence des choses matérielles ; et, derechef de Dieu, qu’il existe

Le critère permettant d’élire une vérité est pour l’instant le suivant : l’idée de la chose doit être claire et distincte. Un exemple pouvant être pris est celui de Dieu qui existe bel et bien. Si la conscience est plus simple à connaître que le corps, alors les idées sont plus simples à connaître que les existences. Il s’agit là d’une extension du spiritualisme premier. Qu’en est-il alors de l’essence des choses ?

         Tout d’abord, les choses matérielles possèdent une étendue puisqu’elles occupent l’espace et sont mesurables. C’est donc une idée claire et distincte des choses matérielles qui nous fait dire que cette étendue est leur essence. Il peut s’agir de la figure, du mouvement, de la durée ou de la profondeur. Ces déterminations font donc une forme qu’il est possible d’étudier grâce à la science mathématique.

         Selon les idées innées que nous avons de l’étendue, la représentation d’un triangle à notre esprit est une idée claire et distincte non créée par notre propre conscience puisque tout le monde possède la même représentation...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Méditation Cinquième : De l’essence des choses matérielles ; et, derechef de Dieu, qu’il existe >

Dissertation à propos de Méditations Métaphysiques