Tous les matins du monde

par

Des objets pleins de sens

Les objets ont une importance capitale. Tout d’abord ils ont une fonction référentielle, c'est-à-dire qu’ils font référence à une époque et recréent un contexte. On peut notamment citer les objets qui éclairent comme les chandelles ou les bougeoirs, ou encore les objets du quotidien comme les assiettes et la cheminée. Ils servent à créer de vrais tableaux vivants mettant en scène une petite maison noble du XVIIe siècle. D’autres objets font aussi référence au caractère des personnages, notamment les vêtements sombres de Sainte Colombe ou encore la viole qui fait référence non à un seul personnage mais à pratiquement tous. D’autres ont une fonction dramatique, c'est-à-dire qu’ils font avancer l’action. C’est notamment le cas des souliers jaunes ou encore de la viole de Madeleine.

Enfin, la fonction symbolique n’est pas la moindre, si ce n’est la plus importante ; en effet, le cahier de maroquin rouge représente la passion de Sainte Colombe pour la musique, qui est aussi son refuge, ainsi que son isolement depuis la mort de sa femme. C’est aussi un trait d’union entre Marin Marais et Sainte Colombe à la toute fin du roman. La nature morte de Baugin a elle été peinte pour immortaliser un moment précieux, l’apparition de l’être aimé. Ces objets enrichissent le roman, ils ne sont pas là simplement pour leur utilité première et construisent le décor de scènes merveilleuses.

« Monsieur Marais approcha la chandelle du livre de musique. Ils regardèrent, refermèrent le livre, s’assirent, s’accordèrent. Monsieur de Sainte Colombe compta la mesure vide et ils posèrent leurs doigts. C’est ainsi qu’ils jouèrent Les Pleurs. À l’instant où le chant...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Des objets pleins de sens >

Dissertation à propos de Tous les matins du monde