Un chapeau de paille d’Italie

par

ACTE IV

La scène se passe dans la chambre à coucher desBeauperthuis, où le mari se lamente sur l’infidélité de sa femme, qui n’esttoujours pas rentrée : « C’est biendrôle !… C’est bien drôle ! Ma femme me dit, ce matin, à neuf heures moinssept minutes : “Beauperthuis, je sors, je vais acheter des gants deSuède…” Et elle n’est pas encore rentrée à neuf heures trois quart dusoir. On ne me fera jamais croire qu’il faille douze heure cinquante-deuxminutes pour acheter des gants de Suède… à moins d’aller les chercher dansleur pays natal !… À force de me demander où ma femme pouvait être, j’ai gagnéun mal de tête fou… » Il envoie à nouveau sa bonne, Virginie, quin’a rien dit, à l’autre bout de Paris chercher sa femme dans un lieuimprobable.

Fadinard arrive alors, pressé, n’en pouvantplus, pour acheter ce chapeau. Sans savoir qu’il vient d’arriver dans la maisonmême de la femme pour qui il cherche le couvre-chef d’Italie. La noce arrive àsa suite, croyant que c’est chez lui, et s’installent dans les chambres pendantque Beauperthuis se fait malmener par Fadinard, qui veut absolument rentrerdans la chambre de sa femme pour trouver le chapeau. Le beau-père fait undiscours ridicule et “solennel” pour sa fille, sur le point d’entrerdans ce qu’ils croient être la chambre de Fadinard.

À bout, Fadinard se bat avec Beauperthuis, puisdécouvre des pistolets dans les poches de ce dernier et le tient en joue. Illui redemande où est le chapeau, et déplore que sa femme ne soit pas là :l’histoire entière racontée, le morceau de chapeau montré, Beauperthuis se rendcompte que les deux hommes parlent de la même femme, et prend Fadinard par lebras pour qu’il le mène chez lui. Fadinard, lui, ne comprend ce qu’il se passeque quand il voit Virginie revenir chez ses maîtres : « Malédiction !… C’était le mari !… Et je lui ai tout dit ! »La noce sort soudain des chambres : Fadinard les découvre avec stupéfaction.Nonancourt, furieux d’avoir été logé chez un inconnu par son propre gendre,révèle la véritable adresse, devant Beauperthuis qui n’attendait que cela :tous se précipitent vers cette maison, voulant arriver les premiers.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur ACTE IV >