Vipère au poing

par

Les abbés

Le père Trubel

Il est le précepteur des enfants pendant deux ans. Premier d'une suite de sept prêtres, c'est un ancien missionnaire en Afrique, il porte trois griffes de lion au poignet. La pipe bourrée de « gros-cul » à la bouche, il n'a pas un geste de sympathie pour les malheureux enfants qui lui sont confiés, préférant se courber dans le sens du vent dominant, celui de Folcoche. En récompense, il reste deux ans précepteur à la Belle Angerie, « Madame mère le soutenant malgré la qualité médiocre de son préceptorat et le zèle fâcheux qui le poussait vers les filles de ferme. » C'est d'ailleurs une affaire de ce type qui oblige Jacques Rezeau à renvoyer l'ecclésiastique, qui tombe le masque en quittant la Belle Angerie : « Mais oui, mon bon monsieur, je quitte votre maison de fous... Vos haricots rouges commençaient à m’écœurer... et le parfum des chaussettes de vos enfants, ces petites bêtes puantes... Je vous laisse sous la férule de Folcoche... » Ce peu sympathique personnage a pourtant un dernier geste qui redore un peu son blason : il glisse une griffe de lion dans la main du narrateur : « Prends ça, gamin ! Il n'y a que toi qui la mérites. »

 

Inscrivez-vous pour continuer à lire Les abbés >

Dissertation à propos de Vipère au poing