Émile Zola

Chronologie

 

1840 : Émile Zola naît à Paris. Après un déménagement de la famille à Aix-en-Provence en 1843, le père, italien, ingénieur de travaux publics, meurt alors qu’Émile a sept ans. Le jeune homme étudie au collège Bourbon d’Aix-en-Provence puis au lycée Saint-Louis à Paris. Passionné de littérature, dans ses premières correspondances – notamment avec le peintre Paul Cézanne, connu au collège, qui reste un ami très proche jusqu'en 1886 –, il marque déjà sa volonté de devenir écrivain.

1858 : Après deux échecs au baccalauréat ès sciences, dont un à l’écrit de français, qui lui interdisent l’accès à l’université, il vit pauvrement à Paris – il a sa mère à sa charge – et complète sa culture littéraire. La lecture de Jules Michelet et la découverte de ses conceptions sur la physiologie de la femme le marquent particulièrement.

1862 : Après une première expérience comme employé aux écritures aux Docks de la douane en 1860, il est embauché par Louis Hachette comme commis aux expéditions, puis il travaille au service de la publicité. Il est alors en contact avec les critiques littéraires et se rapproche des figures du monde littéraire parisien comme des peintres du mouvement impressionniste. Cette année-là il est naturalisé français.

1864 : Parution de son premier livre, Les Contes à Ninon, écrit sur ses loisirs. Son premier roman, La Confession de Claude, paraît l’année suivante. À partir de 1863, et surtout 1866, Zola a aussi des activités de critique littéraire et artistique dans plusieurs périodiques, notamment L’Événement et Le Figaro. Il y publie également des romans en feuilleton et des contes. C'est aussi un journaliste politique – surtout à partir de 1868 avec la libéralisation de la presse – qui affiche ses opinions personnelles, hostiles au Second Empire, dans l’hebdomadaire républicain La Tribune par exemple. Il use largement de la presse pour se faire connaître et promouvoir ses œuvres de fiction.

1867 : Succès de Thérèse Raquin, qui marque le coup d’envoi de l’esthétique naturaliste.

1871 : Fervent...

Inscrivez-vous pour continuer à lire  >

Dissertation à propos de L'assommoir