L'assommoir

par

Lantier

Ouvrier chapelier, Auguste Lantier est l’antithèse du bon ouvrier que sont Coupeau avant sa chute ou Goujet. Il s’est mis en ménage avec Gervaise adolescente, et a touché un petit héritage que le couple a mangé à Paris, au lieu de l’investir dans une boutique. Quand la misère est là, il abandonne femme et enfants sans aucune ressource, leur volant même leurs derniers liards. Quand il reparaît dans la vie de Gervaise, il a trente-cinq ans. Il a mené une vie de fainéantise et entend bien continuer.

Beau parleur, manipulateur, il séduit les femmes du quartier, devient camarade avec les hommes, sans pourtant cacher ses vices : il parasite le ménage Coupeau, dévore les revenus de la boutique, introduit l’adultère dans le foyer, sans que le blâme tombe sur lui. Plus tard, il agit exactement de la même façon avec le ménage Poisson, dont il suçote la boutique de sucreries jusqu’au dernier bonbon. Ensuite, ce sera au tour d’une tripière. Quand Coupeau montre quelque velléité de travail, il le pousse à rester avec les camarades à boire, brisant délibérément toute chance de rédemption du zingueur. Il œuvre à la perte de la boutique de Gervaise, poussant sans remords la mère de ses enfants au ruisseau.

Quand on l’observe attentivement, on sent monter de lui comme de sa malle « une odeur de tabac, une odeur d’homme malpropre, qui soigne seulement le dessus, ce qu’on voit de sa personne. » Sous de belles manières qui impressionnent les gens simples du quartier, il cache une nature profondément mauvaise. Il n’a aucune empathie, aucune charité, ne pense qu’à lui, n’aide personne. Auguste Lantier est un personnage totalement négatif. 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Lantier >