Les Confessions

par

LIVRE TREIZIÈME

Il s’inscrit dans la continuité du douzième. Saint Augustin nous livre le sens mystique de la création. Toute créature est bonne et découvre dans les premiers mots de la Genèse déjà cités l’existence de Dieu et de la Trinité. Saint Augustin fait également un parallèle entre la création du monde et l’institution de l’Église.

            Ce résumé ne rend pas totalement justice aux Confessions de saint Augustin : c’est un bilan factuel, mais il faut savoir que chaque fait est l’objet d’une longue série de digressions sur ce qu’est être un bon chrétien, sur Dieu, sur le Christ. C’est certainement en cela qu’on peut facilement distinguer la démarche d’une autobiographie de cette époque avec une autobiographie moderne : chez saint Augustin, le récit à la première personne est un terrain pour parler de quelque chose de supérieur ; chez Rousseau, le récit à la première personne ne sert qu’à expliquer le « moi », Dieu est alors intériorisé.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur LIVRE TREIZIÈME >