La Maison Tellier

par

Les deux Pompes

Les deux Pompes sont le surnom de Louise etFlora. Louise est surnommée Cocotte, ce qui peux sembler affectueux, mais lemot employé ici sert aussi à désigner son métier de prostituée. Flora estsurnommée Balançoire, « parce qu’elle boitait un peu ». Ellesréservent leurs services à la clientèle du débit de boisson ouvert aurez-de-chaussée et fréquenté par les marins du port. Leur statut est doncinférieur à celui des autres employées de la maison qui travaillent à l’étage.Elles portent des tenues hautes en couleur qui correspondent à un type de« fille » bien précis : « l’une toujours en Libertéavec une ceinture tricolore, l’autre en Espagnole de fantaisie avec des sequinsde cuivre qui dansaient dans ses cheveux carotte ». Elles n’en sont pasmoins un peu ridicules : elles « avaient l’air de filles de cuisinehabillées pour un carnaval ». Leur surnom vient de leur rôle : verserà boire aux clients ; elles « buvaient avec l’un, buvaient avecl’autre, méritaient mieux que jamais leur sobriquet des deux Pompes »– le mot pompe désignant ici les dispositifs qui distribuaient l’eau dans lesrues. Le lecteur peut discerner une autre signification, professionnelle, liéeà la prostitution proprement dite, dans le surnom des deux femmes, maisMaupassant, qui n’a pas choisi ce sobriquet au hasard, laisse cette éventualitédans l’ombre. 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Les deux Pompes >