La Mare au Diable

par

Marie

Marie est une jeune fille issue d’une famille pauvre qui vit non loin de chez Germain. Elle a à peine seize ans. Elle est d’un physique assez frêle, mais plaisant, comme il transparaît dans la description qu’en fait Germain sous le feu de la passion qu’il éprouve : « Elle n’a pas beaucoup de couleur, mais elle a un petit visage frais comme une rose de buissons ! Quelle gentille bouche et quel mignon petit nez ! Elle n’est pas grande pour son âge, mais elle est faite comme une petite caille et légère comme un petit pinson ! […] Comme on lit son bon cœur dans ses yeux, même lorsqu’ils sont fermés pour dormir !… Quant à de l’esprit, elle en a plus que ma chère Catherine n’en avait, il faut en convenir, et on ne s’ennuierait pas avec elle… »

Elle est également désignée comme « la petite fille », ou « la petite Marie ». Elle-même se désigne non comme une femme, mais comme une enfant : « Je ne suis pas une femme, dit naïvement Marie », « Eh bien ! Oui, je suis une enfant, dit-elle ».

Marie partage avec Germain la même bonté de caractère, ainsi que le même attachement à la famille. Elle est également prête à faire des sacrifices au nom du respect de ces valeurs, et accepte sa pauvreté d’une manière humble : « Tu n’aurais pas l’idée de trouver un homme riche ? – Non, bien sûr, puisque je suis pauvre comme Job. […] – Oh ! Pour cela, oui ! Assister ma mère est tout mon souhait. »

Sa bonté et sa dévotion la poussent à renoncer à son propre confort au profit de celui des autres. Elle va jusqu’à refuser les avances de Germain, prétextant son âge, pour qu’il fasse un plus riche mariage, alors qu’elle est elle-même amoureuse de lui. C’est uniquement quand il reviendra la voir quelque temps plus tard, avec l’accord de ses beaux-parents, pour lui demander sa main, qu’elle lui avoue son amour.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Marie >