La petite fille qui aimait trop les allumettes

par

Présentation

Présenté comme une chronique rédigée par l’un des personnages, le récit de La Petite Fille qui aimait trop les allumettes est celui d’une famille composée d’un père et de ses deux enfants qui habite un domaine délabré situé dans un village. Les enfants y mènent depuis toujours une existence de reclus : ils n’ont jamais franchi l’enceinte du domaine et n’ont ainsi du monde extérieur que des conceptions livresques. Leur instruction et leur éducation sont toutes assurées sur place sous la seule égide du père, austère, violent et autoritaire, qui leur impose des livres religieux pour la plupart et souvent inintelligibles pour leur jeune esprit.

Un matin, au réveil, les enfants le découvrent pendu dans sa chambre. Soudainement délivrés mais laissés sans repères, ils tentent, chacun à sa manière, de gérer cette nouvelle situation. L’un deux, une fille, consigne dans un journal, depuis toujours, les faits de la famille au fur et à mesure qu’ils se déroulent. C’est sous la forme de ce journal que l’histoire est contée.

Très riche et dense, ce récit a une grande portée symbolique. Il se veut la peinture d’une certaine société dominée par le patriarcat. Le vecteur employé est l’histoire d’une petite famille fraîchement endeuillée par la mort du père et qui recèle de nombreux secrets troublants, révélés progressivement tout au long de la lecture. Les thèmes abordées sont nbx, ce qui porte à limiter l’analyse aux plus saillants : l’identité, la féminité, l’éducation et la violence.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Présentation >