La petite fille qui aimait trop les allumettes

par

Le père

Le père occupe, bien que décédé, toute la narration, qui ne fait pourtant aucune mention de son prénom. Il est issu de l’aristocrate famille de Soissons de Coetherlant et a été missionnaire au Japon. Surpris un jour par sa fille en train d’entreposer des lingots, il est, du fait de sa richesse fabuleuse, l’homme le plus puissant de la région.

Veuf depuis douze ans environ, il ne paraît pas s’être remis du décès de son épouse qu’il pleure souvent en présence de sa fille devant une boîte vitrée renfermant les ossements de la morte, qu’il promène devant les yeux terrifiés du Juste Châtiment afin de lui rappeler sa faute.

Il éduque seul ses enfants qui doivent respecter les nombreux interdits qu’il a consignés dans un document organisé en douze articles et que la narratrice baptise « le code de la bonne maison ». Très brutal, il administre à ses enfants constamment des taloches, les affame parfois pour leur apprendre l’importance du jeûne et du...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Le père >

Dissertation à propos de La petite fille qui aimait trop les allumettes