La petite fille qui aimait trop les allumettes

par

Une quête d’identité d'abord interdite puis à double tranchant

L’identité est l’un des principaux thèmes de ce riche roman. La quête de cette identité se manifeste sous deux aspects :

– De manière négative du vivant du père. En effet l’identité des deux enfants est reniée par leur père. Ce dernier, tel un dieu terrible et jaloux, veut façonner ses enfants à son image. Il reporte sur eux, ses peurs, ses angoisses et sa haine. Ses enfants n’ont droit à aucun sentiment propre. Ils n’ont droit à aucune angoisse propre, à aucune joie propre. Le point culminant de ce déni d’identité est la non-reconnaissance de la féminité de sa fille. Il l’élève comme un garçon, la traite comme un garçon au point qu’elle-même n’a aucune conscience de sa féminité.

– De manière positive ensuite après le décès du père. Les enfants vont alors perdre ce « dieu terrible » qui leur imposait sa volonté et devoir retrouver une identité propre.

 Le frère va faire le choix de perpétuer la violence de son père et décider de prendre les armes pour défendre le domaine familial. Par là il se rendra coupable de l’assassinat de l’inspecteur des mines dont sa sœur vient de tomber amoureuse.

La sœur quant à elle fait le choix de s’ouvrir au monde. Elle rencontre de nouvelles personnes, prend conscience de sa féminité et tombe même amoureuse. Elle va également au travers des mots coucher ses émotions sur papier dans une sorte de journal émerveillé.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Une quête d’identité d'abord interdite puis à double tranchant >