La terre

par

Jean Macquart

C’est le frère cadet de Gervaise Macquart (héroïne du roman L’Assommoir). Jean travaille initialement en tant que menuisier, puis entre au service de l’armée pour sept années consécutives. Après avoir été blessé en Italie lors de son service militaire, Jean décide de retourner à son métier initial de menuisier. Bien qu’il est un menuisier, il « paraissait né pour les champs », lui sont attribués une « lenteur sage », un « amour du travail réglé », un « tempérament de bœuf de labour qu’il tenait de sa mère ». Physiquement, il est décrit comme un gaillard « châtain, aux cheveux ras, à la face pleine et régulière ». À cause de son ancien métier de soldat, les paysans du village l’appellent « Caporal ».

L’événement déclencheur qui permet à Jean de se rapprocher de la famille Mouche est la mort du père de Lise et Françoise. En effet, c’est lui qui ramena le père Mouche à son domicile le jour où il eut un malaise, dans sa carriole. Dès lors, après la mort du père Mouche, Jean va commencer à rendre continuellement visite aux deux filles. Ses visites deviennent tellement régulières qu’il tombe amoureux de Lise : « il riait, lui aussi, l’admirant […] la trouvant forte et brave ». Mais lorsque celle-ci le rejette un an plus tard, il se tourne vers Françoise.

Malgré les nombreux efforts de Jean pour faire de la Beauce son nouveau « pays » après avoir quitté l’armée, Jean se fera toujours traiter comme un étranger. Les paysans de la Beauce l’ont en abomination, car d’après eux c’est un étranger qui vient injustement tirer profit de leurs terres. Lorsqu’il épouse Françoise Mouche, il s’attire la colère de l’abominable Buteau, qui entreprend de les séparer (à cause de son avidité pour l’héritage de Françoise). Mais au fond, Jean demeure un étranger dans cette ville, et ceci même dans son foyer conjugal où sa femme (Françoise) ne l’aime point. Ainsi donc, dégoûté de la vie dans la Beauce où on refuse de l’accepter, Jean s’en va (après d’ailleurs s’être fait chasser) au lendemain des funérailles du père Fouan, et se rengage dans l’armée pour la bataille contre les Prussiens.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Jean Macquart >