Le Roi Lear

par

Acte III

La scène suivante se déroule dans le château de Gloucester où ce dernier confie à son fils Edmond l’existence d’une lettre révélant les injustices faites à Lear et les risques qu’il encourt. N’écoutant que sa loyauté et son amour pour le roi, Gloucester décide d’aller à l’encontre de la décision prise par Cornouailles, et de secourir le roi. Edmond, resté seul, se dit qu’il gagnera la place de son père auprès de Cornouailles en avouant à celui-ci l’existence de cette lettre et l’entreprise de Gloucester.

Lear, Kent et le fou se trouvent devant la hutte près de la lande. Kent invite son maître à y entrer mais ce dernier hésite. Dépité et courroucé par le mépris de ses filles, Lear se morfond et finit par inviter Kent et le fou à y pénétrer en premier. Le fou pénètre et ressort aussitôt, le visage blême. Lorsque Lear lui demande ce qui l’a ainsi choqué, le fou déclare que c’est la vue d’un démon ; il s’agit en fait d’Edgar déguisé en philosophe illuminé. Edgar imite Lear et narre l’histoire malheureuse du roi. À la vue de ce spectacle, le roi se sent mal. Gloucester retrouve les autres personnages à l’intérieur de la hutte. Ce dernier finit par quitter l’endroit accompagné de Lear, Kent, Edgar et le fou.

La scène suivante se déroule dans le château de Gloucester où Edmond a parlé à Cornouailles de la lettre et de l’entêtement de son père. Cornouailles soutient que la trahison de Gloucester fait d’Edmond le nouveau comte de Gloucester et il somme ce dernier de retrouver son père afin qu’il n’ait pas à le mettre aux arrêts. Edmond, ravi de la tournure des évènements, se dit que son père serait encore plus discrédité s’il le trouvait en train de porter secours à Lear. Lear, Kent, Edgard, le fou et Gloucester se trouvent à présent dans une salle desservant le château de ce dernier. Gloucester les y laisse. Lear, qui semble secoué, s’adonne à un jeu de rôle avec Edgar et le fou. Gloucester revient et prend à part Kent pour lui confier ses craintes. Il craint pour la vie du roi. Il demande à Kent de fuir avec son maître jusqu’à Douvres où ils seront en sécurité.

Cornouailles, Goneril, Régane, Edmond et des serviteurs se trouvent dans une pièce du château de Gloucester. Cornouailles renvoie sa belle-sœur chez elle afin qu’elle prévienne Albany, son époux, de la présence ennemie des Français dans le territoire. Il ordonne également que Gloucester soit retrouvé. Régane demande qu’on le pende et sa sœur qu’on lui arrache les yeux.

Oswald vient à la rencontre des autres personnages pour les prévenir de la présence du roi aux environs du château. Il ajoute également que ce dernier, accompagné de quelques-uns de ses loyaux serviteurs venus là décidés à retrouver leur roi, se rend à Douvres. Cornouailles le somme de seller les chevaux de sa maîtresse puis fait ses adieux à Goneril et à Edmond qui sortent. Il envoie des serviteurs quérir Gloucester qui lui est amené. Gloucester est attaché et Régane lui arrache la barbe. Il est interrogé et confronté aux lettres de conspiration qu’il aurait reçues des Français. Cornouailles lui perce un œil et lorsqu’un de ses serviteurs essaie d’intervenir, il est lâchement tué par Régane. Gloucester, meurtri, appelle Edmond à l’aide et prie pour que celui-ci le venge et lave son honneur. Las, Régane lui révèle la trahison de son fils, qui en fait le hait. Il comprend qu’Edgar avait été calomnié par son frère et regrette les décisions prises par lui contre son fils innocent. Cornouailles ordonne à deux serviteurs d’emmener Gloucester, désormais dépourvu de ses yeux.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Acte III >