Le Roi Lear

par

Du pardon à la réconciliation

À la vue de ce titre, l’on pense immédiatement à Cordélia et à Lear mais aussi à Gloucester et à Edgar. D’abord le roi et sa fille. Il l’a rejeté mais elle ne le déteste pas. Bien avant qu’ils ne se retrouvent, Cordélia reçoit une missive de Kent dans laquelle le Comte relate toutes les récentes mésaventures de Lear. La fille est attristée d’apprendre le calvaire que traverse son père qu’elle n’a jamais cessé d’aimer. Elle le retrouve alors qu’il a sombré dans la folie. Elle l’aide à recouvrer la raison : « CORDÉLIA. — Hélas ! C’est lui : il a été rencontré à l’instant … Que celui qui la guérira dispose de toutes mes richesses extérieures. » (p.118). Il lui demande pardon et elle accepte de bon cœur. Bien qu’ils périssent tous les deux, ils ont eu le temps de se réconcilier.

Gloucester quant à lui, se laisse abuser par Edmond, son fils illégitime. Il ne laisse pas à Edgar la possibilité de s’expliquer et croit tous les dires d’Edmond. Il met des hommes à la poursuite d’Edgar, avec pour ordre de le ramener mort ou vif. Pourtant, c’est ce fils, sous d’autres traits et feignant d’être quelqu’un d’autre, qui l’empêche de se suicider et lui redonne espoir : « GLOCESTER. — Quand arriverons-nous au sommet de cette côte ? EDGAR. — Vous la gravissez à présent : voyez comme nous nous évertuons. … EDGAR. — Que votre âme reprenne force et patience… » (p.123-126). Ayant découvert le forfait d’Edmond et l’innocence d’Edgar, qu’il croit mort, Gloucester veut s’ôter la vie. Lorsqu’il finit par découvrir la véritable identité de celui qui le guide,...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Du pardon à la réconciliation >

Dissertation à propos de Le Roi Lear