Le Roi Lear

par

Lear

Lear (roi de Grande-Bretagne) : c’est un homme âgé qui manque de discernement au début de la pièce. Il préfère les flatteries de ses filles Goneril et Régane à la sincérité de Cordélia, sa troisième fille. En effet, il s’apprête à partager son château et espère couler des jours heureux et paisibles, loin des charges royales. Les discours mielleux de Goneril et Régane leur obtiennent des parts considérables. Cordélia, moins flatteuse, plus honnête et sincère perd l’affection de ce père qu’elle est la seule à aimer : « CORDÉLIA. – Malheureuse que je suis, je ne puis soulever mon cœur jusqu’à mes lèvres. J’aime Votre Majesté comme je le dois, ni plus ni moins. LEAR. – Allons, allons, Cordélia ! Réformez un peu votre réponse, de peur qu’elle ne nuise à votre fortune. » (p.9). Cette erreur de Lear qui répudie, la seule fille qui l’aime véritablement, lui vaut de nombreuses infortunes. Il déprécie et maudit celle qui l’aime sincèrement et lègue la totalité de son héritage à ses deux autres filles ainsi qu’à leurs époux. Il se rend compte un peu tardivement de son erreur et sombre dans la folie. Il se réconcilie avec Cordélia et meurt tantôt.

Inscrivez-vous pour continuer à lire Lear >

Dissertation à propos de Le Roi Lear