Le Roi Lear

par

Le fou du roi Lear

Le fou du roi Lear, personnage poétique, sage et d’une causticité évidente. Il révèle à Lear ses limites et n’hésite pas à lui rappeler son injustice envers Cordélia. Alors qu’il vient de rencontrer Kent, déguisé en vieillard, il lui dit que Lear a condamné deux filles et béni la troisième. En effet, le fou de Lear qui est aussi son neveu, estime que Cordélia que son oncle a répudié se trouve en meilleure posture que ses sœurs qui vivent dans un monde de faux semblants : « LE FOU. – Pourquoi ? Parce que vous prenez le parti d’un disgracié !… Ah ! si tu ne sais pas sourire du côté où souffle le vent, tu attraperas bien vite un rhume. Tiens ! voici mon bonnet d’âne. (Montrant Lear.) Oui-da, ce compagnon a banni deux de ses filles et a donné la bénédiction à la troisième, malgré lui : si tu t’attaches à lui, tu dois absolument porter mon bonnet d’âne… » (p.32). L’évolution de l’intrigue lui donne raison même si la fin demeure tragique.

Inscrivez-vous pour continuer à lire Le fou du roi Lear >

Dissertation à propos de Le Roi Lear