Le tour du monde en 80 jours

par

Une description des régions du globe

Aucune histoire ne serait bien narrée sans cadre spatial adapté. Celle-ci a pour théâtre le globe entier et l’auteur le décrit brillamment sans recours à l’emphase. Sans jamais trop éloigner le lecteur du thème central, il lui fournit de manière succincte et éloquente un aperçu réaliste de chaque destination traversée par le héros et ses compagnons. On peut ainsi apprendre l’essentiel sur Suez, Bombay, Calcutta, San Francisco, Yokohama, Liverpool ou New York. Ces détails descriptifs sont systématiquement assortis au contexte des voyageurs et n’apparaissent jamais comme un discours parallèle. Au contraire, ils complètent la narration avec harmonie et en améliorent la qualité épique. Par exemple, lorsque Jules Verne décrit la ville d’Allah, il mêle description réelle aux croyances et au folklore liés à cette cité : « Allahabad, c’est la cité de Dieu, l’une des plus vénérées de l’Inde, en raison de ce qu’elle est bâtie au confluent de deux fleuves sacrés, le Gange et la Jumna, dont les eaux attirent les pèlerins de toute la péninsule. On sait d’ailleurs que, suivant les légendes du Ramayana, le Gange prend sa source dans le ciel, d’où, grâce à Brahma, il descend sur la terre. »

Inscrivez-vous pour continuer à lire Une description des régions du globe >

Dissertation à propos de Le tour du monde en 80 jours