Le vieil homme et la mer

par

Second jour

Le lendemain matin,avant même que le soleil ne soit levé, Santiago va chez Manolin pour leréveiller. Ils prennent un café ensemble puis partent chacun de leur côté surla plage. Santiago, renforcé par une nuit de sommeil réparateur, est de bonnehumeur.

            Une fois en mer, Santiago fonce à travers les poissonsvolants qu’il considère comme ses amis vers le Gulf Stream. En expert, Santiagosème ses filets avec rigueur. Le jour passe, Santiago continue à foncer, encontemplant avec délice les animaux que la nature lui fait rencontrer, s’enservant même parfois comme guides. Souvent, il parle seul. Santiago réussit àattraper un thon assez imposant, et prévoit de s’en servir comme appât. Il serend compte qu’il a navigué si loin du rivage qu’il ne le voit plus du tout.

            Un gros poisson, un marlin, se met à tourner autour dubateau et à jouer avec les filets. Doté d’une grande force, il parvient à tirerle bateau dans la direction qu’il souhaite une fois qu’il s’est pris dans lesfilets. Santiago essaie de résister et de tirer le marlin à bord, mais en vain.Le poisson emmène le bateau encore plus loin, si loin que Santiago ne parvientplus à se repérer correctement.

            La lutte continue longtemps, le jour entier, puis lanuit. Santiago regrette que Manolin ne soit pas avec lui. Comme la lutte sepoursuit encore, Santiago commence à considérer sa proie comme un égal. Il seremémore un épisode émouvant de son passé de pêcheur : une fois, il avaitpêché un marlin femelle, et le marlin mâle avait suivi le bateau pendant unmoment, comme s’il était en deuil. Santiago ne relâche pas pour autant lapression sur l’animal.

            Le jour est de retour, le poisson ne se fatigue pas.Santiago, déterminé, réfléchit à une stratégie pour l’attraper.

 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Second jour >