Lettres de mon moulin

par

La tendresse dissimulée

Malgréles quelques contes ou histoires difficiles à lire, on sent chez Daudet unevolonté de mettre de la tendresse dans ses histoires. Il est souvent questiond’amour, même s’il arrive que cet amour se finisse mal comme dans Le Moulin de Maître Cornille, de l’amourd’un homme pour des choses ou des animaux. Beaucoup des personnages sont desêtres aimants qui veulent protéger ce qui leur tient à cœur.

L’auteurne se moque pas de ceux qui aiment leurs objets ou leurs animaux comme desêtres humains ; il décrit simplement avec respect leurs aventures, leursjoies et leurs peines.

Latendresse de l’auteur est particulièrement perceptible pour certains de sespersonnages : Monsieur Cornille, qui se cache aux yeux de tous, continuantà faire fonctionner son moulin comme avant pour ne pas perdre son honneur, carce moulin est tout ce qui lui reste. C’est le village qui va lui permettre decontinuer à exercer ce métier qui lui plaît tant et de continuer à vivre àl’intérieur de cette demeure qu’il n’a jamais quittée. C’est le visage d’unvieil homme fier mais attachant dont l’auteur nous brosse le portrait, et il expose,à travers l’aide dont son personnage finit par bénéficier, la bonté qui peutrésider en l’être humain, et affiche un optimisme vis-à-vis de l’humanité.

DansLa Chèvre de M. Séguin, à travers lepersonnage de la chèvre et de son berger, Alphonse Daudet présente unesituation connue de la vie, relative à la volonté de protéger ceux que l’onaime du danger de l’ailleurs, malgré des procédés parfois très maladroits.C’est le cas de M. Séguin qui, ne parvenant pas à résonner sa chèvre, décide del’enfermer dans un tout petit endroit, dans le noir, afin qu’elle ne soit plustentée de partir. L’amour est ici montré dans sa plus grande maladresse ;c’est d’ailleurs avec un regard attendri que le lecteur est invité à suivre lestentatives de l’homme pour garder celle qu’il aime tant.

Denombreux récits exposent ainsi la tendresse de l’auteur envers le genre humainde manière générale, qui, même s’il peut se montrer parfois cruel, garde en lui,selon Daudet, une grande part de bonté.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur La tendresse dissimulée >