Lettres de mon moulin

par

Les Trois Messes basses

C'était le soir de Noël, et dom Balaguère préparait la messe de minuit qu'il allait célébrer dans la chapelle seigneuriale des sires de Trinquelage. Pour l'aider il y avait là Garrigou, son petit clerc, enfin du moins le croyait-il, car c'est le diable lui-même qui avait pris la place de l'assistant afin d’amener le révérend homme à succomber à la tentation. Connaissant la faiblesse de dom Balaguère pour les plaisirs de la table, il lui décrivait en détail les merveilles que l'on préparait en cuisine pour le repas du réveillon : dindes truffées, gelinottes et coqs de bruyère, truites et carpes dorées, servies dans de la vaisselle d'argent, et des vins merveilleux... Le pauvre dom Balaguère avait bien du mal à se concentrer sur le saint office qu'il devait préparer. La vision des mets délicieux supplantait en son esprit les prières de Noël. Arriva l'heure de la première des trois messes basses que dom Balaguère devait célébrer. Tous les gens du village montaient dans la nuit vers la chapelle ; il y avait monsieur le marquis, le notaire, les métayers, les humbles paysans qui tous bravaient le froid de l'hiver pour se rendre allègrement à la messe. La nuit était illuminée des petites lumières de leurs lampes. Tous s'installèrent, la première messe pouvait commencer. Malheureusement, dom Balaguère n'avait guère la tête à ce qu'il faisait, et ses prières étaient illustrées de visions de feux ardents où rôtissaient des volailles, tout lui rappelait les délices promises par Garrigou. La clochette de celui-ci, qui était en fait celle du démon tentateur, résonnait dans la chapelle de Trinquelage, et achevait d'étourdir le malheureux officiant. Alors, enivré de gourmandise, dom Balaguère plongea dans le péché.

Inscrivez-vous pour continuer à lire Les Trois Messes basses >

Dissertation à propos de Lettres de mon moulin