Odyssée

par

Athéna

Déesse de la guerre, de la sagesse et des artisans, Athéna dans l’Odyssée est l’incarnation du bien. Fille de Zeus et de Métis (Océanide), Athéna n’est pas aimée de son père avant sa naissance. En effet, Ouranos (ciel étoilé) prédit à Zeus que celui-ci aura un fils né de Métis qui lui enlèvera son trône. Zeus, soucieux de conserver sa position sur l’Olympe, entreprend donc d’avaler Métis lorsqu’il apprend que celle-ci est enceinte. Chose dite, chose faite. Néanmoins, Zeus commence très tôt à ressentir de sévères maux de tête, et s’en va donc implorer Héphaïstos (dieu forgeron) de le libérer de cette peine inconcevable en lui frappant le crâne d’un coup de hache. C’est ainsi qu’Athéna sort de la tête de son père, agitant sa lance et son épée en poussant un cri de guerre, puis elle devient la déesse de la guerre.

Plus tard, Athéna sera considérée comme fille de Zeus, et va elle-même déclarer : « Je n’ai pas eu de mère pour me donner la vie ».

Athéna est l’enfant gâtée de Zeus, et celui-ci ne peut rien lui refuser. C’est ainsi que dans l’Odyssée, lorsqu’elle demande à son père de consulter la nymphe Kalypsô pour que celle-ci libère Ulysse, son père s’exécute.

Représentée par les symboles de la chouette et de l’olivier, Athéna s’impose en tant que déesse de la sagesse.

Après la guerre de Troie, elle protège Ulysse lors de son retour à Ithaque, ainsi que Télémaque (en se déguisant en Mentor).

Inscrivez-vous pour continuer à lire Athéna >

Dissertation à propos de Odyssée