Odyssée

par

Les pièges de la tentation

L’Odyssée met également en exergue la faiblesse humaine face à la tentation. La chair humaine est naturellement faible et susceptible de faillir au moindre plaisir charnel, et ce n’est qu’avec un esprit solidement forgé et une intervention divine que l’on peut résister aux tentations les plus coriaces. Même la connaissance du châtiment promis ne peut aider l’être humain à résister à la tentation. Dans le conte de l’Odyssée, plusieurs occurrences de faiblesse physique sont relatées.

Tout d’abord, rappelons le vol du bétail d’Hélios sur l’île du Soleil : Ulysse et ses compagnons furent avertis de ne toucher – en aucun cas – au bétail du roi du Soleil, Hélios. Malheureusement, leur séjour sur l’île du Soleil se prolonge de façon imprévue à cause des intempéries. Ils furent très vite à bout de ressources alimentaires, et bien que Tirésias leur avait formellement interdit de s’emparer du bétail de leur hôte de peur d’affoler les dieux, les compagnons d’Ulysse – poussés par la faim – désobéissent. Alors qu’Ulysse dormait, ceux-ci s’emparent d’une partie du bétail et le dégustent jusqu’à se rassasier ; les dieux se mettent en colère et ce jour même, presque tous les compagnons d’Ulysse meurent :

« et, dans son cœur, il endura beaucoup de maux, sur la mer, pour sa propre vie et le retour de ses compagnons. Mais il ne les sauva point, contre son désir ; et ils périrent par leur impiété, les insensés ! ayant mangé les bœufs de Hélios Hypérionade. Et ce dernier leur ravit l'heure du retour. »

Un autre exemple : le piège de la tentation apparaît lors de la rencontre avec l’enchanteresse Circé. Très belle, Circé en elle-même était déjà puissante, et pouvait obtenir tout ce qu’elle voulait. Mais la faiblesse physique des compagnons d’Ulysse rendit sa tâche encore plus facile. La magicienne fit usage de son charme physique et de ses belles paroles pour les inciter à boire la potion qu’elle avait préparée pour eux, elle les transforma immédiatement en cochons.

Ulysse fait également montre d’une grande résistance face à Kalypsô, marque du héros : « Kalypsô, la déesse dangereuse aux beaux cheveux […] m'accueillit avec bienveillance, et elle me nourrit, et elle me disait qu'elle me rendrait immortel et qu'elle m'affranchirait pour toujours de la vieillesse ; mais elle ne put persuader mon cœur dans ma poitrine.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Les pièges de la tentation >