Poil de Carotte

par

Poil de Carotte

« Elle donne ce petit nom d’amour à son dernier-né, parce qu’il a les cheveux roux et la peau tâchée ». Il est donc, comme son surnom l’indique, roux, et des taches de rousseur constellent son visage ; il est ainsi question des « taches de son de sa laide figure à claques ». Cette particularité le transforme en vilain petit canard, mal-aimé et mésestimé car différent. Cette différence physique est assortie d’une différence psychologique. Pour justifier les tourments qu’ils lui infligent, les proches du héros lui inventent des caractéristiques anormales (notamment sa violence) pour un jeune enfant qui n’aspire pourtant qu’à la tranquillité.

         L’auteur lui-même ne se sentait apaisé que dans la nature, ou occupé à en rêver, et il attribue ce trait de caractère à son héros : « Il est là chez lui et s’y divertit, dédaigneux des jouets encombrants, aux frais de son imagination » (« Le Toiton »). Jouant tout seul « sous la table » ou s’abandonnant à diverses pensées « par terre », le personnage est présenté, par ce comportement presque autiste, comme inférieur aux autres. Il ne peut cependant pas échapper à la persécution puisque chacune de ses rêveries est ponctuée d’une tâche imposée par la mère, ou d’une humiliation. Renard ne verse toutefois pas dans le mélodrame. Il a accordé à son personnage un trait de caractère destructeur et violent, extériorisé sur les animaux (« Les Perdrix », « La Taupe », « Le Chat ») afin de cacher sa pulsion de mort.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Poil de Carotte >