Poil de Carotte

par

Résumé détaillé

Lespoules

 

Le roman commence avec Madame Lepic. Celle-cidemande successivement à ses trois enfants : Félix, l’aîné, Ernestine, la sœurcadette, et Poil de Carotte, le petit dernier, d’aller fermer le poulailler.Félix refuse en disant qu’il n’est pas ici pour cela tandis qu’Ernestine prétexteavoir peur d’y aller. Compréhensive, Madame Lepic demande alors à Poil deCarotte de s’y rendre à leur place, bien qu’il ait également peur. Menacé d’unegifle par sa mère, flatté par son frère et sa sœur qui lui disent qu’un grandgarçon, hardi et courageux comme lui ne doit pas avoir peur, il se rend donc aupoulailler. Ernestine l’accompagne au bout du corridor, une bougie à la main, puiss’enfuit, terrifiée, après lui avoir dit qu’elle l’attendrait. Se voulant dignedes compliments de sa famille, Poil de Carotte vainc sa peur et le vent pourexécuter la tâche demandée. Fier de lui, il rentre dans l’espoir d’êtrefélicité pour son acte mais ne se heurte qu’à l’indifférence de son frère et desa sœur. Quant à sa mère, elle lui annonce que désormais, tous les soirs, cesera à lui d’aller fermer le poulailler.

 

Lesperdrix

 

Après une partie de chasse, Monsieur Lepicdépose les trophées de sa carnassière sur la table, soient deux perdrix. Chaqueenfant exécute alors sa fonction. Félix inscrit les prises du jour sur uneardoise suspendue au mur, Ernestine dépouille et plume le gibier tandis quePoil de Carotte achève les agonisantes. Poil de Carotte souhaiterait avoir uneautre fonction. Il demande alors de pouvoir écrire sur l’ardoise ou de plumerle gibier – souhaits que sa mère refuse car l’ardoise est trop haute pour luiet que plumer les pièces n’est pas la tâche des hommes. Poil de Carotte serésout alors à achever les deux perdrix en les étranglant. Celles-ci, coriaces,résistent et se débattent. Agacé, il finit par leur frapper la tête avec sonsoulier en les tenant par les pattes. Ernestine et Félix se moquent de lui enle traitant de bourreau tandis que sa mère se plaint de la qualité du travailaccompli.

 

C’estle chien

 

À la lueur d’une lampe, Monsieur Lepic etErnestine lisent,  Madame Lepic tricoteet Félix se réchauffe les jambes au coin du feu. Poil de Carotte, quant à lui,pense, par terre – jusqu’à ce que Pyrame, le chien, se mette à aboyer. Toustentent de le faire taire mais l’animal continue malgré les cris et les coups.Poil de Carotte, spontanément, se lève et feint de sortir dehors pour connaîtrela raison de l’agitation de Pyrame. En réalité, retenant son souffle, il restedans le corridor puis après quelques instants, referme le verrou et va rassurersa famille en concluant, comme à son habitude, que le chien rêvait.

 

Lecauchemar

 

Quand des amis de la famille viennentséjourner chez les Lepic, Poil de Carotte leur cède son lit pour partager celuide sa mère. Comme l’enfant a ronfle, Madame Lepic lui pince une fesse jusqu’ausang. Poil de Carotte a alors une réaction virulente qui suscite lesinterrogations de son père, ce à quoi Madame Lepic répond qu’il a fait uncauchemar et elle lui chante une berceuse. C’est donc dans la peur de ronfleret de se faire pincer à nouveau que Poil de Carotte s’endort.

 

Saufvotre respect

 

Régulièrement, Poil de Carotte urine dans son litsoit par peur de demander d’aller aux toilettes, soit parce qu’il rêve qu’il lefait. Madame Lepic qui semble indulgente nettoie sans le réprimander et luiapporte son petit-déjeuner au lit qu’elle lui fait manger. Ernestine et Félixde leur côté guettent les réactions de leur petit frère. Madame Lepic,rancunière et sournoise, en guise de petit-déjeuner lui fait en réalité boire,cuillère après cuillère, sa bêtise nocturne délayée dans une soupe. Poil deCarotte, qui le sait bien, habitué à la chose reste impassible.

 

Lepot

 

Suite à cette punition, Poil de Carotte prendses précautions ; il va se promener dehors été comme hiver pour sesoulager et tenir jusqu’au lendemain. La pluie l’en dissuade ce soir-là, ilprétend ne pas avoir envie. Une fois couché et enfermé à clé, l’envie se faitsentir et malgré les dires de sa mère, il n’y a pas de pot sous le lit. Nepouvant se retenir, il décide de faire dans ses draps, pensant que la nuit etla chaleur de son corps les feront sécher. Ainsi sa mère n’en saurait rien. Lelendemain, Madame Lepic sent une drôle d’odeur et en cherche la provenance danstoute la chambre. Découvert, Poil de Carotte tente de se justifier enprétendant avoir été malade durant la nuit et qu’il n’y avait pas de pot.Madame Lepic revient dans la chambre avec un pot qu’elle cache discrètementsous le lit et appelle le reste de la famille afin de l’humilier en lecomparant à une bête qui la rendrait folle.

 

Leslapins

 

Contraint de partager les mêmes goûts que samère, Poil de Carotte n’a pas le droit de manger de melon car Madame Lepicn’aime pas cela. Elle lui demande donc de donner les tranches aux lapins. Maisl’enfant décide de ne leur donner que les graines, de boire le jus et de raclerles restes de sa famille, laissant les siens aux lapins.

 

Lapioche

 

Alors que Poil de Carotte et Félix jardinentavec leur pioche respective, Poil de Carotte reçoit un coup de pioche sur lefront. Ne supportant pas la vue du sang, Félix perd connaissance. La familles’empresse alors autour de lui tandis que Poil de Carotte, un linge sur lefront, tente de voir ce qui se passe. Félix reprend connaissance au soulagementde tous. Madame Lepic tient Poil de Carotte pour responsable.

 

Lacarabine

 

Monsieur Lepic confie une carabine à ses deuxfils qu’ils porteront tour à tour lors de leur partie de chasse. Félix laisseson frère la porter le premier. Alors qu’une occasion se présente, Félixdissuade Poil de Carotte de tirer sur une bande de moineaux, prétextant qu’ilest trop loin et en se levant, il les fait fuir. Cependant l’un d’eux resteperché sur une branche. Poil de Carotte est convaincu qu’il peut le tuer. Félixs’empare alors de la carabine et abat l’animal. Vexé d’avoir raté cetteopportunité, Poil de Carotte boude et reprend la carabine. Félix lui jure alorsque la prochaine fois ce sera lui qui en tuera un, le principal étant qu’uneprise soit faite ; et il lui laisse même prétendre que le moineau a ététué par lui. En rentrant, Monsieur Lepic s’étonne que Poil de Carotte porteencore la carabine, et l’enfant répond qu’il l’a en effet presque toujoursportée.

 

Lataupe

 

Poil de Carotte trouve une taupe et ayant jouéavec, décide de la tuer. Après lui avoir brisé les pattes, fendu la tête etcassé le dos en la lançant contre une pierre, l’animal semble encore vivant.Agacé, il décide de procéder autrement en lui crachant dessus et en la jetantde toutes ses forces contre la pierre. Malgré son acharnement, la taupe bougetoujours.

 

Laluzerne

 

De retour de l’office religieux del’après-midi, Félix et Poil de Carotte rentrent pour l’heure du goûter. Ils ontrespectivement droit à une tartine de beurre ou de confiture pour Félix et unetartine nature pour Poil de Carotte, peu difficile à nourrir. Cependant, enarrivant chez eux, la porte est fermée, leurs parents sont absents. Ils lesattendent donc sur les marches des escaliers. Lassés et affamés, ils se lancentle pari de manger de la luzerne et se rendent dans le champ d’à côté. Savourantsa fraîcheur et sa douceur, ils retrouvent des sensations d’antan. Après avoirprofité de cet instant, Félix délimite un périmètre et se met à manger laluzerne hâtivement tandis que Poil de Carotte se régale.

 

Latimbale

 

Poil de Carotte décide de ne plus boire àtable, et passe ainsi toute une journée sans le faire. Le lendemain, celui-cis’entête quand sa mère lui demande s’il désire sa timbale. Monsieur Lepic yvoit une faculté rare et Ernestine le met au défi de tenir une semaine sansboire. Poil de Carotte annonce qu’il ne boira plus jamais, ce que sa famille neprend pas au sérieux. Vexé, il décide de leur montrer ses capacités, passantpour un malade ou un fou. Son entourage blasé pense qu’il boit en cachette et devientindifférent. Quand à Poil de Carotte, il s’étonne de la facilité avec laquelleil peut se priver de boire, et juge qu’il se porte mieux qu’avant. Sa timbalen’est plus qu’un lointain souvenir.

 

Lamie de pain

 

Monsieur Lepic raconte des histoires à ses deuxfils, lesquelles provoquent leur hilarité. Ernestine vient les prévenir que ledéjeuner est prêt, ce qui ne les enchante pas. Madame Lepic qui a l’habitude dese servir elle-même et de ne parler qu’à Pyrame demande à son mari de luidonner de la mie de pain pour finir sa compote, ce qui est exceptionnel carelle ne s’adresse jamais à lui directement. Celui-ci hésite puis jette à safemme de la mie de pain dans le creux de son assiette. Madame Lepic se senthumiliée qu’on la traite de la sorte devant ses enfants.

 

Latrompette

 

De retour de Paris, Monsieur Lepic rapportedes cadeaux à ses enfants. Il en offre d’abord à Félix et Ernestine puis lesmains derrière le dos, il demande à Poil de Carotte ce qu’il préfère entre unetrompette et un pistolet. Celui-ci hésite : une trompette ne semble pas partirpas des mains, mais un pistolet n’est soi-disant pas de son âge. Il choisitdonc le pistolet, estimant qu’il est en âge de jouer avec, et il prétendpouvoir le voir derrière le dos de son père. Monsieur Lepic embarrassé trouveque son fils a changé. Poil de Carotte le rassure en lui disant qu’il plaisante,et il lui demande de lui donner sa trompette. Madame Lepic intervient en disantqu’il ment à son père, et que si l’on préfère les trompettes on ne prétend pasaimer les pistolets, surtout qu’il n’avait pas vu ce que son père dissimulait.Pour le punir de son mensonge, elle le prive de cadeau et lui demande de bienregarder le présent avant de l’expédier dans la cuisine.

La trompette attend donc désormais en hautd’une armoire.

 

Lamèche

 

Le dimanche matin, pour la messe, les enfantsse font beaux sous la supervision d’Ernestine qui choisit leurs vêtements etles coiffe. Poil de Carotte se laisse faire tandis que Félix est réticent et lamenace de s’énerver si jamais elle lui mettait de la pommade dans les cheveux.Ce matin-là, elle use de flatterie et de ruse pour parvenir à coiffer son frèreaîné avec de la pommade, ce qui semble fonctionner puisque Félix la remercie.Mais celui-ci finit par verser une carafe d’eau sur la tête de sa sœur qui l’atrompé. Poil de Carotte est admiratif de cet acte que lui n’oserait pas faireet préfère feindre d’aimer la pommade. Ses cheveux, rebelles, commencent à sedécoiffer et une mèche se dresse en l’air.

 

Lebain

 

Vers quatre heures, Poil de Carotte réveilleson père et son frère pour aller se baigner au bord de l’eau. Il perd sonenthousiasme en tâtant l’eau glacée mais se décide quand même à y aller. Unefois l’eau jusqu’à la taille, il souhaite remonter mais tombe. Complètementtrempé, il cherche un endroit pour apprendre à nager sous les conseils de sonpère. Félix le dérange, lui montrant ce qu’il sait faire et grimpant sur sesépaules. Monsieur Lepic estime que la baignade est terminée et qu’il est tempspour eux de venir boire une goutte de rhum. Poil de Carotte rechigne à sortir,n’ayant pas assez profité de son bain à son goût, mais il préfère encore boiredu rhum bien qu’il n’aime pas cela. Félix et Monsieur Lepic se moquent de sesorteils boudinés à cause de ses chaussures trop étroites.

 

Honorine

 

Madame Lepic questionne Honorine, ladomestique, sur son âge, soient soixante-sept ans – un âge qui selon MadameLepic est synonyme de vieillesse voire de mort imminente. Honorine la rassure,elle est en bonne santé et voit bien. Madame Lepic, n’étant pas d’accord, luidemande pourquoi il y a des taches sur les assiettes. La domestique ne voitrien, ce que lui reproche justement sa patronne. Celle-ci remet en cause laqualité de son travail. Honorine a donc peur de se faire renvoyer, ce queconteste aussitôt Madame Lepic qui ne souhaite pas se priver de ses services.Honorine confie alors qu’elle ne mange que du pain comme le fait la centenairemère Maïtte.

 

Lamarmite

 

Poil de Carotte cherche un moyen de se rendreutile à sa famille, supposant que Madame Lepic a besoin d’aide. C’est alorsqu’il songe à la marmite pendant à la crémaillère de la cheminée dont l’eaubouillonne en permanence, été comme hiver. La tâche d’Honorine est de remettrede l’eau à l’intérieur quand celle-ci est vide. Mais ce jour-là, elle manque soncoup et l’eau éteint le feu : en effet, la marmite n’est plus à sa place.Madame Lepic arrive, alarmée par le bruit, et voit l’eau qui dégouline de lacheminée. Honorine ne comprend pas pourquoi la marmite n’est plus à sa place.Madame Lepic met cet incident sur le compte de la baisse de la vue de sadomestique et juge son état désespéré.

 

Réticence

 

Pris de remords, Poil de Carotte s’apprête àse dénoncer mais le regard froid de sa mère l’en dissuade. Il préfère qu’Honorinese pense perdue plutôt que d’avouer qu’il est le responsable à sa mère. Il faitdonc mine d’aider sa mère et Honorine à chercher la marmite en montrant la plusgrande volonté. Madame Lepic finit par renoncer aux recherches et Honorine s’yrésigne également. Quant à Poil de Carotte, il se referme sur lui-même.

 

Agathe

 

Honorine est remplacée par sa petite-fille,Agathe, que Poil de Carotte prend plaisir à observer durant quelques jours.Dans son souci de bien faire, elle se montre maladroite. La famille déjeunedans la grande cuisine en silence, ce qui surprend Agathe. Monsieur Lepic selève pour remplir une carafe d’eau alors que c’est le rôle de la jeunedomestique. Se sentant fautive, elle redouble d’attention pour servir au mieuxla famille Lepic et particulièrement Monsieur Lepic, guettant son pain presqueentamé et négligeant le reste de la famille. Madame Lepic la réprimande alors. Agathes’aperçoit que Monsieur Lepic croque sa dernière bouchée de pain, elle seprécipite donc pour lui en apporter un autre morceau mais Monsieur Lepic quittela table.

 

Leprogramme

 

Poil de Carotte se retrouve seul avec Agathedans la cuisine ; la domestique s’apprête à emmener des bouteilles à lacave. Poil de Carotte entreprend de lui expliquer toutes les tâches dont il estchargé, soient s’occuper du chien, fermer la porte aux poules, désherber,couper du bois, achever le gibier, vider le ventre des poissons et moudre lecafé. Puis il lui donne des conseils sur la manière de mieux accomplir lestâches demandées et finit par la rassurer sur sa famille en prétendant quec’est lui qui a le caractère le plus difficile.

 

L’aveugle

 

Comme tous les dimanches, un aveugle vientchercher dix sous chez les Lepic. Ce jour-là, l’aveugle rentre et se réchauffeles mains devant le poêle. Madame Lepic, voyant la neige de ses sabots fondre,les lui ôte et les dispose devant la cheminée, mais il est trop tard, la neige fonduea déjà formé une marre, et les pieds du vieux se retrouvent dans la neigeboueuse. Bien que l’aveugle ait son argent, il ne part pas et commence à parleret à raconter comment il a perdu la vue. Madame Lepic le force par d’habilesmanœuvres à se loger dans l’endroit le plus froid de la pièce et ramasse sonbâton lorsqu’il le fait tomber, mais sans le lui rendre, et en rusant elleparvient à le mettre dehors et à lui fermer la porte au nez.

 

Lejour de l’An

 

Après s’être débarbouillé, Poil de Carotte rejointson frère et sa soeur pour la cérémonie. Félix et Ernestine souhaitent la bonneannée à leurs parents tandis que Poil de Carotte tend une enveloppe à sa mère,contenant une lettre qu’il a soigneusement écrite. Si sa mère reconnaît qu’il adu style, elle critique son écriture. La lettre circule entre les membres de lafamille puis les enfants reçoivent les étrennes. Félix a pour cadeau une boîtede soldats de plomb et Ernestine une poupée. Madame Lepic a réservé unesurprise à Poil de Carotte : une pipe en sucre rouge.

 

Alleret retour

 

Les trois enfants Lepic arrivent au foyerfamilial en diligence pour y passer leurs vacances. Félix et Ernestine courentvers leurs parents et tous s’embrassent. Quand Poil de Carotte les rejoint, aprèsmaintes tergiversations pour décider comment procéder, Madame Lepic le rappelleà l’ordre, lui dit d’appeler M. Lepic « mon père », de lui serrer lamain et elle le baise au front. Poil de Carotte exulte d’être enfin en vacances ;il en pleure même. Plus tard, lors du départ, Madame Lepic embrasse Ernestineet Félix. Poil de Carotte, ayant pris en compte les remontrances de sa mère,lui tend dignement la main mais celle-ci lui reproche son manque d’affection.

 

Leporte-plume

 

Alors que Poil de Carotte et Félix sont àl’institution Saint-Marc, Monsieur Lepic vient les surprendre sur le trottoird’en face. Content, Poil de Carotte s’empresse de l’embrasser mais celui-ci sedérobe alors qu’il a embrassé Félix. Poil de Carotte ne comprend pas ladistance qu’instaurent ses parents lors de leurs retrouvailles. Monsieur Lepics’informe des résultats de ses fils et préfère qu’ils retournent étudier. Poilde Carotte désire savoir s’il déplaît à son père qu’il l’embrasse et refait unetentative. Monsieur Lepic le repousse encore de peur que le porte-plume que sonfils porte constamment derrière l’oreille ne lui crève les yeux.

 

Lesjoues rouges

 

Violone, le maître d’étude, est responsable dudortoir. Après l’inspection habituelle de Monsieur le Directeur, Violones’assure que chaque garçon dorme en déambulant entre les lits. Tous les soirs,il s’arrête devant celui de Marseau qui a la particularité de rougir sansraison. Poil de Carotte, son voisin de lit, le jalouse. Intrigué, il écoute lesconversations entre Marseau et Violone et voit le maître d’étude embrasserl’élève. Celui-ci prétend que c’est un baiser pur, de père à fils, mais craintque Poil de Carotte ne répète ce qu’il a vu. C’est pourquoi, le lendemain, lorsde l’inspection de l’hygiène, Violone l’expédie chez le directeur pour s’êtremal lavé les mains. Poil de Carotte se défend devant le directeur qui le punitet lui confie que Marseau et Violone font des choses mais il est incapable delui dire lesquelles. Le même jour, Violone, qui a reçu son congé, part ets’apprête à quitter Marseau lorsque Poil de Carotte casse la vitre du séquestreoù il est puni, dévoilant sa « sauvage tête » à la cour. Avec le sangde sa main blessée, qu’il passe à escient sur les débris de la vitre, il sepeint les joues, et demande à Violone pourquoi il ne l’embrassait pas lui aussi.

 

Lespoux

 

De retour après trois mois de pensionnat,Félix et Poil de Carotte prennent un bain de pieds pendant que Monsieur Lepiclit leur bulletin trimestriel et taquine Poil de Carotte. En passant la maindans les cheveux de son fils, il en ressort un pou. Aussitôt Madame Lepicdemande à sa fille de s’en occuper. Inspectant d’abord Félix qui n’a que sept àhuit poux, elle s’attaque à ceux de Poil de Carotte, innombrables et saignantses cheveux. Madame Lepic est exaspérée face à tant de négligence qui selonPoil de Carotte ne sont que des égratignures dues au peigne. Sa mère luidemande ensuite d’exposer au voisinage la cuvette contenant les poux afin d’humilierson fils. La première à regarder dans la cuvette est Marie-Nanette qui prendpitié de la moue triste de Poil de Carotte et compatit à ce que lui faitendurer sa famille. Mais Poil de Carotte lui dit de se mêler de ses affaires.

 

CommeBrutus

 

Monsieur Lepic discute avec son fils de sesbulletins ; Poil de Carotte lui promet d’essayer d’être le premier encomposition française et récite les paroles du Romain Brutus en l’imitant.Félix, Ernestine et Madame Lepic arrivent, alertés par les cris. Madame Lepiclui demande de répéter mais Poil de Carotte refuse dans un premier temps puisfinit par balbutier les paroles. Félix imite son frère et se voit félicité parsa mère. Madame Lepic déclare que la famille possède un Brutus à la veste tachéeet au pantalon déchiré.

 

Lettreschoisies

 

Depuis l’institution de Saint-Marc, Poil deCarotte écrit régulièrement à son père pour lui raconter son quotidien, desanecdotes, ses joies et ses déceptions, et dans l’une de ses lettres il luidemande d’acheter des livres. Monsieur Lepic dans ses réponses le conseille, leraisonne et le réprimande.

 

Le toiton

 

Poil de Carotte se réfugie dans la cabane vide– un petit réduit, c’est-à-dire un « toiton » – ayant autrefois étél’abri des animaux et qui lui appartenant désormais. Usant de son imaginationil se divertit jusqu’à ce qu’on l’appelle. Tapi dans un coin de la cabane,retenant son souffle, il entend des pas se rapprocher. N’obtenant pas deréponse, les pas s’éloignent. Poil de Carotte respire à nouveau et observe unearaignée refermer son piège sur un moucheron.

 

Lechat

 

Pour pêcher les écrevisses, Poil de Carotte aentendu dire que la viande de chat était efficace. C’est pourquoi il décide des’en prendre à un vieux chat malade en l’appâtant avec du lait et en lecaressant. Puis une fois la tasse de lait vidée, Poil de Carotte lui tiredessus avec la carabine. Persuadé que le chat est encore vivant, il s’acharnedessus jusqu’à l’épuisement. Sa mère découvre ce qu’il a fait et l’envoie danssa chambre où il s’endort et rêve que des écrevisses lui sautent à la gorge.

 

Lesmoutons

 

Chaque matin, le fermier Pajol compteplusieurs agneaux de plus dans son troupeau. Poil de Carotte observe l’und’eux, rejeté par sa mère à coups de tête. Il faudra donc lui donner le biberonjusqu’à ce que la mère veuille prendre le relais. Poil de Carotte propose deconfier l’agneau à une autre brebis en attendant mais Pajol refuse et lui donneun « berdin » – un pou du mouton –, qui attaque la main et le bras del’enfant, et que l’homme lui conseille d’utiliser pour embêter ses frère etsœur. Poil de Carotte finit par l’écraser.

 

Parrain

 

Parfois, Poil de Carotte va à la pêche avecson parrain, qui lui enseigne cet art. Ce dernier lui prépare à mangerlorsqu’il vient et le force à boire un verre de vin pur. Le parrain prendplaisir à voir manger Poil de Carotte à sa faim, l’enfant étant habitué àmanger selon l’appétit de sa mère.

 

Lafontaine

 

Le parrain et Poil de Carotte couchés dans unlit de plume discutent de la peur qu’a Poil de Carotte de Madame Lepic qui nebat pas Félix mais le bat lui sous prétexte que ce serait davantage dans sanature. Puis ils se remémorent l’anecdote de la fontaine, quand Poil de Carotteavait manqué de se noyer alors que son parrain dormait.

 

Lesprunes

 

N’arrivant pas à dormir, ils décident d’allerchercher des vers dans le jardin. Poil de Carotte les trouve sales. Pour luiprouver le contraire, son parrain lui certifie qu’il serait capable d’enmanger. Grillés pour les plus gros mais crus pour les plus petits. Poil deCarotte cueille quelques prunes et tend les véreuses à son parrain qui lesavale d’un coup.

 

Mathilde

 

Ernestine confie à Madame Lepic que Poil deCarotte joue encore au mari et à la femme avec Mathilde dans le pré. Félixs’occupe de les habiller et de la cérémonie. Madame Lepic intervient, Félix sesauve tandis que Poil de Carotte reste pour rassurer Mathilde.

 

Lecoffre-fort

 

Le lendemain Mathilde a reçu une fessée etlorsqu’elle demande à Poil de Carotte quelle punition il a eu, il dit ne pass’en souvenir. Les deux enfants veulent réellement se marier bien que Poil deCarotte prétende être riche d’au moins un million et que Mathilde soit pauvre.Poil de Carotte pense être riche car il sait que son père s’enferme dans sachambre chaque premier jour du mois et ouvre la porte du coffre-fort, prend del’argent et le dépose sur la table de la cuisine avant que sa mère ne s’empressede le ramasser. Mathilde souhaite connaître le mot à dire pour ouvrir le coffremais c’est un secret entre Poil de Carotte et son père qu’il ne pourra luirévéler qu’une fois qu’ils seront mariés à condition qu’elle ne le répète pas.Mathilde pense qu’il ne le connaît pas. Poil de Carotte conclut donc un marché: il peut la toucher où il veut et il lui dira le mot. Mais Mathilde pensel’avoir deviné. Poil de Carotte lui révèle alors le mot et tente de la toucher.Celle-ci s’enfuit. Un domestique a vu toute la scène et menace de tout répéterà Madame Lepic. Poil de Carotte se défend en disant qu’il a inventé le mot carlui-même ne le connaît pas. Le domestique dit qu’il répétera le reste.

 

Lestêtards

 

Poil de Carotte joue sous la surveillance desa mère. Rémy, ayant le même âge, lui propose d’aider son père à « mettrele chanvre dans la rivière » et d’aller pêcher des têtards. Sachantpertinemment que Madame Lepic ne l’autorisera pas à y aller si c’est Poil deCarotte qui le lui demande, Rémy le fait à sa place. Madame Lepic refuse toutde même. Dans l’espoir qu’elle change d’avis, les deux enfants patientent unquart d’heure jusqu’à ce qu’elle sorte, s’étonnant que Rémy soit encore là.Celui-ci se défend en disant que Poil de Carotte le lui a demandé. Madame Lepicrentre et Rémy part, laissant Poil de Carotte seul avec son ennui.

 

Coupde Théâtre

 

Madame Lepic interdit à Poil de Carotte d’allerse promener avec son père. À choisir, il préfère obéir à sa mère qui le frappeplus que son père. Alors que son père s’apprête à partir, Poil de Carotte le prévientqu’il ne vient plus, omettant volontairement de lui en donner la raison réelle.Madame Lepic, ironique et cajoleuse, se moque de lui. Poil de Carotte seréfugie au fond d’un placard.

 

Enchasse

 

Chacun leur tour, Poil de Carotte et Félixvont à la chasse avec leur père. Poil de Carotte porte les prises de la journéesur son épaule et assiste son père. Lassé de ne rien prendre, il s’arrête et leregarde battre les alentours. Superstitieux, Poil de Carotte explique à sonpère que s’il vient d’abattre un lièvre c’est grâce à lui : en effet,selon qu’il laisse retomber sa casquette sur sa tête après l’avoir soulevée ouqu’il imite un salut, Monsieur Lepic tuera ou manquera sa cible. Aussitôt, sonpère lui demande de se taire et de prendre garde à ne pas avancer une bêtisepareille devant des étrangers.

 

Lamouche

 

Se trouvant bête, Poil de Carotte suit sonpère puis boit presque à lui seul le flacon d’eau-de-vie qu’il gardait dans unede ses poches. Monsieur Lepic oublie de boire sa part et ne répond pas lorsqueson fils lui en propose. Poil de Carotte finit donc le flacon et feint de severser de l’eau-de-vie dans l’oreille pour chasser une mouche qui s’y logeavant de prétendre que celle-ci a bu tout le contenu du flacon.

 

Lapremière bécasse

 

Pour la première fois, Poil de Carotte vatirer une bécasse, ce qui fait la renommée d’un chasseur. Lorsqu’il aperçoitdeux bécasses, Poil de Carotte tire et parvient à casser l’aile de l’uned’elles. Fier, il la ramasse et la brandit devant son père qui lui demandepourquoi il n’a pas tué les deux.

 

L’hameçon

 

Alors que Poil de Carotte écaille despoissons, Madame Lepic vient le féliciter pour sa pêche. Mais un hameçon luipique le bout du doigt ; la famille accourt, et Mme Lepic l’enfonce alorsdavantage dans sa chair en serrant son doigt entre ses genoux. S’ensuivent desdescriptions dignes d’une scène de boucherie à faire frémir le lecteur : MonsieurLepic sort son canif et ouvre la chair de son épouse pour extirper l’hameçon.Les voisins, alarmés par les cris, viennent voir ce qui se passe. Une foissoignée, Madame Lepic vient rassurer Poil de Carotte en pleurs, lui disant quece n’est pas de sa faute, à la plus grande surprise de son fils.

 

Lapièce d’argent

 

Madame Lepic a trouvé une pièce d’argent donnépar le parrain dans la poche du précédent pantalon de Poil de Carotte, et elledécide de le tester. Celui-ci feint d’abord de ne pas savoir ce qu’il a perdu,puis de chercher la pièce au-dehors lorsque sa mère le regarde, mais il ne s’enpréoccupe pas réellement. Lassé de fouiller le jardin, il décide de se rendreet appelle sa mère. Comme elle est absente, il en profite pour prendre uneautre pièce d’argent dans un tiroir, pensant que sa mère n’y verrait rien. Unefois qu’elle est revenue, Poil de Carotte s’empresse de lui dire qu’il aretrouvé sa pièce dans le jardin et la lui montre. Sa mère fait de même aveccelle qu’elle a trouvée et s’avoue vaincue. De bonne volonté apparente, ellelui donne les deux pièces et l’envoie jouer pendant qu’elle jettera un coupd’œil dans le tiroir. La supercherie démasquée, elle le gifle.

 

Lesidées personnelles

 

Au coin du feu, Monsieur Lepic et ses troisenfants veillent en discutant. Poil de Carotte expose alors une de ses idées :il n’aime pas les membres de sa famille par obligation, mais par choix ;il les aime donc d’une affection non pas « banale, d’instinct et deroutine » mais « voulue, raisonnée, logique ». Monsieur Lepiclui demande de se taire et de ne pas utiliser des mots qu’il ne connaît pas. Laveille, il lui avait suggéré d’avoir ses propres idées personnelles plutôt quede réciter celles qu’il entendait. Dans son lit, il poursuit son développementpour lui-même.

 

Latempête de feuilles

 

Poil de Carotte observe depuis longtemps laplus haute feuille du grand peuplier, guettant les signes de la tempête àvenir. Il observe les mouvements des branches, des feuilles, puis étend sonregard sur les arbres alentours jusqu’à ce que la tempête survienne.

 

Larévolte

 

Pour la première fois, Poil de Carottedésobéit à sa mère en refusant d’aller chercher une livre de beurre au moulin.Étonnée, elle appelle toute la famille et Agathe. Malgré les avertissementsd’Ernestine, il refuse de s’y rendre pour sa mère mais accepte si son père lelui demande. Plutôt que d’exercer son autorité, gêné, celui-ci tourne le dos etrentre à la maison.

 

Lemot de la fin

 

Profitant que sa mère soit alitée et malade,Poil de Carotte sort se promener avec son père et lui avoue qu’il n’aime plusMadame Lepic et souhaiterait en être séparé. Son père refuse de le laisser enpension pendant les deux mois de vacances ou de le placer en apprentissage chezun cordonnier et lui conseille de se résigner jusqu’à sa majorité. Poil deCarotte répète qu’il n’aime pas sa mère. Son père lui avoue alors qu’il partageses sentiments.

 

L’albumde Poil de Carotte

 

Dans l’album de photographies familial, denombreuses photos de Félix et Ernestine sont présentes mais pas une seule dePoil de Carotte. Madame Lepic se défend en disant que toutes les photos de lui quandil était petit étaient si belles qu’on les lui a arrachées.

Le reste de ce chapitre est constitué devingt-neuf autres fragments, parfois d’une seul phrase, qui sont autant d’anecdotespropres à informer davantage le lecteur sur Poil de Carotte.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Résumé détaillé >