Cellulairement

par

Almanach pour l'année passée

Ce groupe de quatre poèmes trace un parcours clair de la joie à la tristesse. D’abord, le poète retourne vers le passé, qui incarne « l’espoir immense », qui est doux et bienheureux. Mais progressivement, l’impossible retour à ce passé, autrement que par le biais de la mémoire, se fait trop douloureux, et il en arrive à qualifier ce passé « d’affreux ».

            

Inscrivez-vous pour continuer à lire Almanach pour l'année passée >

Dissertation à propos de Cellulairement