Cellulairement

par

Cellulairement, un message adressé au lecteur

« Cellulairement », cette œuvre écrite en captivité par Paul VERLAINE impressionne fortement, notamment pour la beauté des textes qui le composent. Mais par-dessus tout, l’auteur manifeste à travers ce recueil, le désir de s’adresser à quelqu’un. En effet, il est peu évident que derrière les murs d’une prison et en face d’une cellule, l’on ait beaucoup l’occasion de parler. Quand cela se produit, l’on échange avec des personnes qui dans le quotidien d’une prison ne peuvent être que soit les gardiens, soit les détenus. Dans l’un ou l’autre des cas, les deux catégories de personnes vous traitent soit avec mépris, soit avec indifférence, car elles sont conscientes des raisons de l’incarcération et ne voient bien souvent que le détenu à l’exclusion de toute autre chose. Aussi, quand Verlaine écrit, c’est une autre catégorie de personnes qu’il veut toucher, celle de ceux qui n’auront aucun préjugé sur lui et qui au contraire verront en lui un écrivain avant toute autre chose. Mais il n’occulte pourtant pas le fait que ces derniers puissent être rebutés à l’idée de lire un homme ayant fait de la prison et implore d’une certaine manière leur attention au tout début de l’œuvre :

« Ce n’est pas de ces dieux foudroyés,
Ce n’est pas encore une infortune
Poétique autant qu’inopportune
Ô lecteur de bon sens, ne fuyez ! ».
 
Suite à cela, il s’ouvre à eux dans les vers suivant comme en une confidence :
 
« Et de ce que ces vers maladifs
Furent faits en prison, pour...
Inscrivez-vous pour continuer à lire Cellulairement, un message adressé au lecteur >

Dissertation à propos de Cellulairement