Contes et nouvelles en vers

par

La Belle au bois dormant

Un roi et sa femme attendent avec impatience la venue d’un enfant. Quand enfin leur fille naît, ils organisent un grand banquet où sont conviées les fées les plus importantes du royaume pour qu’elles donnent à la princesse de nombreux et précieux dons. Mais ils oublient d’inviter une vieille fée, qu’ils croyaient « morte ou enchantée », et qui arrive à l’improviste, se fâchant des couverts en argent qu’on lui attribue. Elle maudit alors la jeune princesse, qu’elle destine à se piquer le doigt avec une quenouille et mourir. Une autre fée, la plus jeune, déjoue cette malédiction en l’atténuant, et en transformant la mort en un long sommeil, qui se rompra quand un prince amoureux viendra à elle.

         Le roi interdit alors tout exercice de filage dans son royaume. Mais, à l’adolescence, la jeune princesse monte tout en haut d’un donjon du château, où une vieille qui n’avait pas entendu l’édit filait. Elle se pique le doigt, et tombe aussitôt endormie. Le roi son père la transporte dans le plus beau lit, et la jeune fée endort tout le château, pour que la princesse ne soit pas seule lorsqu’elle se réveillera. Cent ans plus tard, un jeune prince entend parler de cette histoire, et des échecs rencontrés par tous les princes ayant essayé d’accéder au château, que les ronces et les bois avaient séparé du monde. Il s’avance, lui, avec facilité, les branchages s’écartant sur son passage, et réveille la belle endormie.

         Le prince et la princesse vivent un amour sans faille, qui leur donne deux enfants. Mais le prince avait caché sa relation à ses parents, relation qu’il révèle quand son père meurt et qu’il devient roi. Un jour, alors qu’il est en voyage, la reine mère demande au cuisinier du palais de lui servir comme plat la petite fille, Aurore : « Je le veux, dit la reine (et elle le dit d’un ton d’ogresse qui a envie de manger de la chair fraîche), et je veux la manger à la sauce-robert. » Ce dernier ne peut refuser, mais lui sert à la place un agneau, et cache la petite fille chez sa femme. Les jours suivants, elle demande le fils, Jour, puis la reine même : le cuisinier emploie le même stratagème. Mais quelques jours plus tard, alors que le roi allait revenir, la reine mère entend les deux enfants jouer. Reconnaissant les voix, elle entre dans une fureur immense et commande qu’on les fasse bouillir dans un grand chaudron, devant ses yeux, dans lequel elle met une multitude de bêtes dangereuse. Le roi arrive alors, et sa mère, surprise en pleine folie meurtrière, se jette dans le chaudron qu’elle destinait à sa belle-fille et à ses petits-enfants.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur La Belle au bois dormant >