Cyrano de Bergerac

par

Christian

Christian est l’illustration la plus évidente de cette omniprésence du masque dans l’œuvre. C’est un homme très simple, très brave et très noble ; comme il le dit lui-même, il ne trouve des mots que « lorsqu’on monte à l’assaut ». Pour atteindre Roxane, il mettra le masque des mots de Cyrano, mais ce masque l’irrite, ne lui va pas bien. Il en sent le mal-fondé moral et anticipe la déception. Si la première fois qu’il se révolte contre la tutelle de Cyrano (avec bien entendu des conséquences désastreuses), cela est dû à son amour-propre et à sa conviction que son honnêteté lui suffira pour parler d’amour, la deuxième occurrence de cette révolte procède d’un sentiment de faire quelque chose de mal. Il acquiert par là une dimension morale qu’on pourrait dire manquante chez les autres personnages. Cette honnêteté le distingue des autres et lui donne un relief qui le sauve.

Héroïque, il voudrait vivre en pleine lumière, mais l’époque et la fétichisation de la langue qui le laisse au banc de la société du temps l’en empêchent. Il insistera pour que Cyrano fasse tomber les masques et permette à Roxane de prendre une décision franche ; mais déjà certain de la réponse il se jette dans la bataille, un lieu où il n’y a pas de nuances autre que de tuer ou d’être tué. Il le sera, et ne saura jamais que son bon souvenir sera perpétué par un autre mensonge.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Christian >