De rerum natura

par

Composition de De rerum natura

Le traité de Lucrèce prend la forme d’un très long poème, qui s’apparente à ses ancêtres grecs en matière d’épopée et de narration. Ce long texte se compose de six poèmes, chacun rédigé en hexamètres. L’œuvre, monumentale, présente plus de 7 400 vers, et explique la doctrine d’Épicure, maître à penser de l’auteur.

Le choix de l’auteur d’élire la poésie afin de servir un enjeu philosophique s’explique par la volonté de celui-ci d’en adoucir le sujet, de faire mieux passer un ensemble d’informations qui peuvent s’avérer obscures pour le lecteur, aussi averti soit-il. Il exprime cette volonté en parlant de son œuvre comme imbibée du « doux miel de la poésie », lui attribuant une visée presque pédagogique, délivrant son message de la manière la plus agréable et permanente qu’elle puisse revêtir. Ce choix a d’ailleurs été décrié par de nombreux auteurs, qui estimaient que la poésie devait en demeurer à son rôle de divertissement et d’enjolivement du langage.

Les six poèmes qui composent le traité exposent donc chacun un concept philosophique selon la morale d’Épicure. Le poète part des réalités physiques découvertes, telles que l’atomisme, la constitution du vivant et de la matière, puis évoque les craintes de l’homme concernant la mort et le devenir de l’âme humaine, pour les appliquer ensuite aux principes épicuriens et découvrir comment les mettre en confrontation avec cette doctrine, présentant ainsi une manière harmonieuse de vivre.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Composition de De rerum natura >