La Guerre de Troie n'aura pas lieu

par

Présentation

Le ton de cette pièce en deux actes est prophétique. C’est un appel aux armes, mais uniquement aux armes que sont le cœur, l’esprit et le drapeau blanc. En publiant cette pièce en 1935, Jean Giraudoux laisse tomber sa bombe théâtrale dans un climat où les relations franco-allemandes se dégradent de plus en plus. En effet, après la Première Guerre mondiale, le pacifisme a le vent en poupe : il semble important de conserver un semblant de paix sans plus jamais commettre la même erreur qu’auparavant. Giraudoux, sentant que ces mouvements luttant pour la paix sont en passe de se fissurer, pressentant la venue d’événements obscurs dans le ciel tout fraîchement purgé des fumées d’obus, livre alors aux spectateurs un mythe universel revisité, compréhensible par toutes les nationalités et toutes les générations : l’histoire de la guerre de Troie.

La pièce, parcourue de petites allusions comiques et triviales – ne serait-ce que ces vieillards qui ne cessent de lancer des regards libidineux sur les charmes d’Hélène –, se charge peu à peu de tensions. La guerre de Troie aura bel et bien lieu bien que tout semblait préparé pour l’éviter… Ainsi, Giraudoux lance un appel à la prudence dans un contexte de plus en plus noir. Il veut ouvrir les yeux à ceux qui pensent qu’aucune menace ne sera plus jamais possible, et appelle au calme les esprits déjà échauffés.

Inscrivez-vous pour continuer à lire Présentation >

Dissertation à propos de La Guerre de Troie n'aura pas lieu