La Guerre de Troie n'aura pas lieu

par

Hector

Hector,fils de Priam et héros de Troie, est mis en scène au début de la pièce revenantvictorieux d’une guerre. Les trompettes sonnent pour annoncer son entrée dansla ville, mais Hector souhaite que cette guerre qui vient de se terminer soitla dernière guerre. Il arrive à Troie et apprend que son épouse Andromaqueattend un enfant.

C’estavant tout un guerrier qui voit la guerre telle qu’elle est, et la considère parfoisnécessaire. Mais c’est son profond respect pour la vie qui l’emporte et afin derespecter la promesse qu’il a faite à sa femme de ne plus partir pour laguerre, il s’érige en négociateur d’une paix qu’il tente d’obtenir des Athéniens.

« ANDROMAQUE : Tu te sens un dieu, à l’instant ducombat ? HECTOR : Très souvent moins qu’un homme… Mais parfois, àcertains matins, on se relève du sol allégé, étonné, mué. Le corps, les armesont un autre poids, sont d’un autre alliage. On est invulnérable. Une tendressevous envahit, vous submerge, la variété de tendresse des batailles : on esttendre parce qu’on est impitoyable ; ce doit être en effet la tendressedes dieux. On avance vers l’ennemi lentement, presque distraitement, maistendrement. Et l’on évite aussi d’écraser le scarabée. Et l’on chasse lemoustique sans l’abattre. Jamais l’homme n’a plus respecté la vie sur sonpassage… »

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Hector >