Le château de ma mère

par

Paul

Paul, le petit frère, est toujours présent dans le récit, mais beaucoup moins dans le quotidien de Marcel. Les deux enfants ne partagent plus les mêmes jeux, car Marcel grandit : il a gagné en indépendance et ne se contente plus de la jungle que les garçonnets imaginaient dans le jardin dans La Gloire de mon père. C’est la vraie nature qui est le cadre des jeux de Marcel. D’ailleurs, Marcel ne joue plus : il chasse, tandis que Paul s’amuse encore avec la petite sœur, qui n’est qu’un bébé. Lili a remplacé Paul comme compagnon privilégié, et Paul s’en trouve relégué au rang de personnage secondaire.

Cependant, l’amour de Marcel pour son frère n’a pas faibli, et les quelques lignes évoquant sa mort prématurée, à la fin du volume, sont poignantes : « dernier chevrier de Virgile », Paul a incarné la continuité des traditions méditerranéennes séculaires, si intimement liées à la nature, dormant dans leur chère colline, « roulé dans un grand manteau ». Pagnol ne précise pas les causes du décès de Paul, mort trentenaire « dans une clinique ». Dans la réalité, Paul Pagnol est décédé des suites d’une opération destinée à soulager son épilepsie.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Paul >