Le Meurtre de Roger Ackroyd

par

Hercule Poirot

Hercule Poirot est un des détectives les plus célèbres de la littérature policière. C'est le personnage principal du roman. Au prime abord, rien ne le désigne comme un héros : il est petit, rond, affligé d'un « crâne ovoïde ». Ce citoyen belge a pris sa retraite en Angleterre, malgré le fait qu'il parle, selon Caroline Sheppard, « un anglais invraisemblable », et « son accent est à couper au couteau ». D'ailleurs, il émaille son discours de formules françaises, comme « C'est dommage ! » Il le dit lui-même : « je ne maîtriserai jamais l'anglais. Curieux langage. » Les erreurs linguistiques sont toujours présentes dans son discours et marquent une différence supplémentaire avec les gens qui l'entourent : il est étranger au milieu dans lequel il évolue. En outre, il semble cultiver une habitude qui le sépare décidément du milieu social qui, en Angleterre, devrait être le sien : la gentry à la campagne et la haute bourgeoisie en ville : Poirot ne boit pas de thé ! Il boit du chocolat. Les membres de la gentry qu'il côtoie dans Le Meurtre de Roger Ackroyd posent sur lui un regard condescendant, d'autant plus que ce ridicule bonhomme s'habille avec une élégance qui frise le mauvais goût. De plus, il a une très haute opinion de lui-même : il bombe le torse et tient des propos qui laissent transparaître un immense orgueil : « je suis génial en psychologie », affirme-t-il, ce qui a le don de provoquer les sourires moqueurs autour de lui. Comme Jules César, il parle de lui à la troisième personne : « Hercule Poirot sait ! » Enfin, le lecteur et le docteur Sheppard le découvrent dans son jardin en train de cultiver non pas de rares orchidées ou des roses précieuses, mais des courges. Bref, comme l'écrit Sheppard : « Il semblait si plein de lui-même qu'il en frisait le ridicule, son accent ne faisait qu'ajouter au grotesque et je...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Hercule Poirot >

Dissertation à propos de Le Meurtre de Roger Ackroyd