Le Théâtre et son double

par

Inscription d'Artaud dans le groupe

Artaud entretient des rapportsambigus avec le groupe surréaliste. D’abord participant au mouvement, il estensuite, dans le Second manifeste dusurréalisme de Breton, rejeté par ce dernier après avoir fait sécession. Eneffet, Artaud a une vision particulière du surréalisme, à l’opposé exactd’André Breton : alors que ce dernier voulait exprimer la beauté et la poésiequi se trouve à l’intérieur de la réalité brute appréhendée par les sens dupoète, Artaud veut lui exprimer la souffrance profonde liée à l’existence ainsique l’angoisse devant les pulsions animales qui saisissent l’homme. Cettevision noire de l’homme le conduit à développer une esthétique singulière quil’oppose aux surréalistes, avec qui pourtant il partage un même désir derévolte.

« Lethéâtre lui aussi prend des gestes et les pousse à bout… Il retrouve les notiondes figures et des symboles-types, qui agissent comme des coups de silence, despoints d’orgue, des arrêts de sang, des appels d’humeur, des pousséesinflammatoires d’images dans nos têtes brusquement réveillés ; tous lesconflits qui dorment en nous, il nous les restitue avec leurs forces et il donneà ces forces des noms que nous saluons comme des symboles. »

La différence essentielle de laconception du théâtre défendue par Artaud et par les surréalistes vient du faitque l’auteur ne recherche pas uniquement la révolte, ou du moins, que la révolten’est qu’un effet du rôle qu’Artaud veut attribuer au théâtre. Pour Artaud, lebut n’est pas de surpasser le réel, mais de confronter l’observateur à laviolence grâce à la puissance d’évocation du théâtre.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Inscription d'Artaud dans le groupe >