Le Théâtre et son double

par

LETTRES SUR LA CRUAUTÉ

Artaud répond aux critiques qu'on lui a faites, notamment sur la notion de cruauté : il se défend en insistant sur sa conception originale de la cruauté. Celle-ci n'est pas identique à l'horreur, au sang et au meurtre, mais se définit plutôt dans un "appétit de la vie", dans une ode au sensible et à l'extrême émotion. Le théâtre doit être cruel en ce qu'il impose à l'homme des sensations si fortes qu'il les ressent de l'intérieur, comme s'il était dans un rêve, et que ces sentiments normalement fictifs et distants dans le théâtre occidental deviennent réels.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur LETTRES SUR LA CRUAUTÉ >