L'eau des collines

par

Aimée Cadoret

Mèrede Manon et épouse de Jean Cadoret, elle a abandonné une carrière de cantatricequand elle s’est mariée. Elle en conserve de l’amertume et une nostalgiecertaine. Cependant, elle n’hésite pas à soutenir son mari dans ses projets etva jusqu’à vendre ses bijoux. Quand il meurt, elle et sa fille sont contraintesde vendre la ferme et les terres. Elles vont habiter dans une grotte aménagéepar le bûcheron Giuseppe et sa femme Baptistine. Elle glisse tout doucementvers une douce démence : « La mort de son mari avait troublé saraison. […] l’après-midi, elle restait parfois des heures assise devant laporte de la grotte, le dos au mur, sans mot dire, et le regard perdu au loin.D’autres fois, revêtue des restes de plusieurs costumes d’opéra elle sepromenait sur le plateau désert du Plan de l’Aigle en chantant Wertherou Lakmé. » Cette douce démence ressemble fort à une profondedépression. Cependant, à la fin de l’œuvre, elle retrouve le chemin d’une viequi lui convient davantage en épousant un vieil ami d’autrefois, baryton àl’opéra de Marseille. 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Aimée Cadoret >