L'eau des collines

par

Tome II : Manon des sources

Les années ont passé. Hugolin est devenu riche, très riche,grâce aux œillets. Manon et sa mère habitent désormais dans la colline, dansune grotte où Manon fabrique les fromages qu’elle tire du lait de ses chèvres.Elle a seize ans, elle est belle comme le jour. Sa mère, quant à elle, estmaintenant atteinte de folie douce. Les deux femmes ne vont jamais au village,et ni le Papet ni Hugolin ne les ont revues.

Un jour, dans la colline, Manon croise un beau jeune hommequi pratique la géologie. C’est le nouvel instituteur du village. Les deuxjeunes gens se plaisent, et une idylle naît entre eux. À la même période,Hugolin, parti chasser, voit par hasard Manon se baigner dans un lac d’eau depluie. Le malheureux garçon tombe fou amoureux de la fille de celui qu’il apoussé à la mort ; ce sera sa malédiction. Toutes ses tentatives pour laséduire sont vouées à l’échec car Manon le hait du plus profond d’elle-même.

Un jour, elle découvre d’où vient l’eau qui alimente lafontaine du village. Immédiatement, un plan de vengeance naît dans son esprit :elle va assoiffer le village, comme son père fut assoiffé. Elle bouche lasource. Commence alors le calvaire du village, qui ne peut survivre sans eau.Les besoins immédiats sont couverts par de l’eau de citerne, mais la grandevictime est Hugolin : ses œillets ont besoin de beaucoup d’eau, et il voitses fleurs mourir sous le soleil. Son amour l’avait rendu à moitié fou, lasécheresse va achever de le faire basculer dans la folie.

L’instituteur insiste malgré tout pour offrir un vind’honneur à l’occasion de son anniversaire. Il insiste pour que Manon yassiste, et c’est à cette occasion qu’elle raconte son histoire à tout levillage. Elle y dit les espoirs de son père, qui aurait voulu être ami avec lesvillageois, la souffrance de la famille, sa mort injuste, et la perfidie desdeux Soubeyran. Les villageois apprennent alors que Jean était le fils deFlorette, donc un des leurs, un du village. Hugolin, croyant tout arranger, lademande en mariage, mais Manon le rejette avec brutalité. Fou de douleur, il vase pendre devant sa maison. L’instituteur a compris que la source ne s’est pastarie de façon naturelle. Il convainc Manon de rendre l’eau au village.

Le temps passe. Manon et l’instituteur se sont mariés et vontavoir un enfant. César dit le Papet, désormais seul, est le dernier desSoubeyran. Il lui reste pourtant une dernière épreuve à vivre. Un jour, il vas’assoir auprès de Grafignette, une vieille aveugle, qu’il a connue dans sonjeune temps. On apprend alors que le Papet et Florette avaient eu une courteliaison, et qu’ils étaient amoureux. Or, il se trouve que César dut partir pourl’Afrique comme soldat. Il ignorait que Florette était enceinte. Ils se sontécrits, mais les lettres se sont perdues. Pour éviter le scandale, Florette aépousé le premier venu, un forgeron de Crespin. Quand César est rentréd’Afrique, Florette était mariée et mère d’un enfant, le fils de César, baptiséJean, bossu. Le Papet comprend qu’il a tué son propre fils.

Il rentre alors chez lui, écrit une lettre à Manon. Il luiraconte l’histoire, lui lègue tous ses biens, se couche et se laisse mourir.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Tome II : Manon des sources >