Les Diaboliques

par

Le caractère diabolique des femmes

À l’aide de questions rhétoriques, Aurevilly annonce la couleur dès la préface : « Pourquoi les Diaboliques ? Est-ce pour les histoires qui sont ici ? Ou pour les femmes de ces histoires ? […] Quant aux femmes de ces histoires, pourquoi ne seraient-elles pas les diaboliques ? N'ont-elles pas assez de diabolisme en leur personne pour mériter ce doux nom-là ? » (p.02). Il est donc clair que la femme occupe une place prépondérante dans cet ouvrage. Il s’attarde sur sa nature. Il réside chez la femme un sérieux paradoxe, un mélange de caractéristiques contraires, de bien et de mal. En effet, le manichéisme est un peu la toile de fond de notre corpus. Notre vie est régie par ces deux extrêmes et celle de la femme encore plus. La femme est indéchiffrable, dangereuse, diabolique. C’est un être obscur, un mélange de sentiments, d’émotions, de pensées contraires et paradoxales. Cette caractéristique est partagée par toutes les femmes de cet ouvrage. Commençons par Haute-claire Stassin. C’est une femme qui a reçu les faveurs du ciel: « "La fille d'un homme comme toi – lui disait-il – ne doit se nommer que comme l'épée d'un preux. Appelons-la Haute-Claire !" Et ce fut le nom qu'il lui donna. Le curé de V... fit bien un peu la grimace à ce nom inaccoutumé, que n'avaient jamais entendu les fonts de son église ; mais, comme le parrain était monsieur le comte d'Avice et qu'il y aura toujours, malgré les libéraux et leurs piailleries, des accointances indestructibles entre la noblesse et le clergé ; comme d'un autre côté, on voit dans le calendrier romain une sainte nommée Claire, le nom de l'épée d'Olivier passa à l'enfant, sans que la ville de V... s'en émût beaucoup. » (p.91)....

Inscrivez-vous pour continuer à lire Le caractère diabolique des femmes >

Dissertation à propos de Les Diaboliques